Accéder au contenu principal

RCA: colère des parlementaires après l’assassinat d’un des leurs

L’Assemblée nationale centrafricaine à Bangui.
L’Assemblée nationale centrafricaine à Bangui. RFI/David Thomson
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Centrafrique, le Parlement de transition est sous le choc après l'assassinat de Jean-Emmanuel Ndjaraoua. Ce parlementaire a été assassiné alors qu'il revenait chez lui, dimanche, en milieu d'après-midi. Pour beaucoup de membres du CNT, cet assassinat est lié à ces dernières déclarations.

Publicité

Vendredi dernier, le domicile d'un premier membre du CNT avait été attaqué en pleine séance par des anti-balaka. Cela avait déjà provoqué un coup de colère des parlementaires qui avaient décidé de suspendre leurs travaux et demandé au Premier ministre de venir lui-même répondre à leurs préoccupations sur les questions de sécurité.

Lors de cette séance qui a eu lieu samedi, selon les différents membres du CNT que RFI a pu joindre, Jean-Emmanuel Ndjaraoua a pris la parole et indiqué qu'il fallait mettre fin à l'impunité, juger les responsables de violences. Ses collègues à l'Assemblée de transition, partagés entre deuil et colère, sont persuadés que ce sont ces déclarations qui lui ont valu d'être assassiné.

Ce lundi matin, les membres du CNT ont commencé à travailler sur un projet de déclaration qui n’est pas encore terminé. Une délégation nombreuse de membres du CNT est également venue présenter ses condoléances à la famille. Une famille qui était déjà en deuil : Jean-Emmanuel Ndjaraoua avait confié à ses collègues ces dernières semaines que deux de ses enfants avaient été tués.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.