Accéder au contenu principal

Procès Minova en RDC: témoignages de victimes présumées de viol

Le procès de 39 militaires accusés de viols massifs commis à Minova en novembre 2012 a mis un an à démarrer.
Le procès de 39 militaires accusés de viols massifs commis à Minova en novembre 2012 a mis un an à démarrer. Photo : RFI / Léa-Lisa Westerhoff
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En République démocratique du Congo (RDC), les victimes du procès Minova ont commencé à être auditionnées, ce mercredi 12 février. Ce procès doit juger 39 membres de l’armée congolaise accusés de graves violations des droits de l'homme dont des pillages et des viols massifs commis en novembre 2012 dans l’est du pays. Un peu plus de deux mois après l’ouverture de la procédure judiciaire et l’audition des 39 prévenus, ce mercredi c’était au tour des victimes présumées de passer à la barre, à Minova, la ville même où ont eu lieu les faits et où le procès s’est déplacé pour l’occasion.

Publicité

Elles étaient huit. Huit femmes venues, pour la première fois devant les prévenus et les juges, raconter leur viol. Elles étaient vêtues d’une robe noire intégrale, le visage voilé. « Un témoignage délicat, entrecoupé par l’émotion », racontent les avocats sur place.

Toutes ont dit avoir entendu des tirs vers 19h, le 22 novembre 2012, s’être réfugiées dans leur maison, avant que des militaires ne forcent la porte.

« Comment savez-vous qu’il s’agit de militaires ? », a demandé le juge. Les lampes torches qu’ils tenaient à la main leur auraient permis d’entrevoir leur uniforme.

« Pourriez-vous reconnaître votre agresseur ? » a de nouveau interrogé le juge. A cette question, la réponse – inlassablement - a été « non » car « trop d’obscurité et trop de peur », ont répondu ces femmes.

C’est la principale difficulté de ce procès. En effet, aucune victime n’a pu livrer d’identité. Cependant, les avocats de la partie civile se veulent confiants. Les auditions précédentes ont permis d’établir que les prévenus étaient à Minova au moment des faits. Le désordre, l’absence de commandement et l’existence de pillages sont avérés.

Tout l’enjeu désormais est là, c'est-à-dire établir si les prévenus n’ont pas seulement pillé mais aussi violé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.