Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire

La Haye et Abidjan s'opposent sur le cas de Charles Blé Goudé

Une d'un quotidien ivoirien qui annonce l'arrestation du leader politique Charles Blé Goudé, le 18 janvier 2013.
Une d'un quotidien ivoirien qui annonce l'arrestation du leader politique Charles Blé Goudé, le 18 janvier 2013. REUTERS/Thierry Gouegnon
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le gouvernement ivoirien ne s'est toujours pas prononcé sur le cas de Charles Blé Goudé. L'ex-leader des jeunes du Front populaire ivoirien (FPI) proche de Laurent Gbabo fait l'objet d'un mandat d'arrêt international pour crimes contre l'humanité. La Cour pénale internationale a tout récemment exigé une nouvelle fois des autorités ivoiriennes son transfert à la Haye devant la CPI.

Publicité

Le 3 mars 2014, la Cour pénale internationale a demandé pour la deuxième fois à la Côte d’Ivoire de transférer sans délai Charles Blé Goudé devant la CPI. Depuis, c’est silence radio à Abidjan. Le porte-parole du gouvernement précise seulement que les discussions continuent entre l’Etat ivoirien et la CPI. Depuis décembre dernier, Abidjan traîne des pieds sur ce dossier estimant que la justice ivoirienne a les moyens de juger équitablement l’ancien leader des Jeunes patriotes.

→ A(RE)LIRE :Scandale en Côte d'ivoire autour de la publication de photos de détention de Charles Blé Goudé

La CPI compétente sur l'exception de recevabilité

Du côté de La Haye, on ne remet pas en cause la bonne foi des Ivoiriens mais on précise que c’est la CPI qui devra trancher sur cette question. Fadi Abdallah, le porte-parole de la Cour pénale internationale : « Il faut d’abord soulever cette question devant les juges de la CPI et après, démontrer qu’effectivement il y a des poursuites au niveau national contre le même suspect et pour les mêmes faits allégués devant la CPI et, que le système judiciaire national a la capacité et la volonté de mener à bien ses poursuites. C’est ce qu’on appelle une exception de recevabilité qui n’a pas été soulevée jusqu’à présent et si elle était soulevée, ce sera au juge de la CPI de statuer ».

Les avocats de Charles Blé Goudé opposés au transfèrement

Les avocats de Charles Blé Goudé eux aussi estiment que ce transfèrement ne se justifie pas et ils attendent de la fermeté de la part des autorités ivoiriennes. « Nous attendons du gouvernement de Côte d’Ivoire une décision ferme comme celle qui a été prise pour madame Gbagbo, que la compétence de la justice ivoirienne soit la seule à être évoquée dans cette affaire », explique Maître Gohi Bi. Reste que sur ce dossier éminemment sensible, la CPI poursuit ses enquêtes y compris vis-à-vis de personnalités aujourd’hui au pouvoir en Côte d’Ivoire. La procureur a réaffirmé qu’il n’y aura pas d’impunité et que d’autres demandes de mandats d’arrêt seront soumises au juge.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.