Accéder au contenu principal
GUINEE-BISSAU

Elections générales sous tension en Guinée-Bissau

L'Assemblée nationale en Guinée Bissau.
L'Assemblée nationale en Guinée Bissau. AFP/ISSOUF SANOGO
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La campagne électorale pour les élections législatives et présidentielle débute ce samedi 22 mars sur fonds d'inquiétude. Les sorties virulentes de responsables politiques dans les radios locales ont alerté le représentant spécial de l'ONU, José Ramos-Horta qui a levé le ton pour apaiser le climat.

Publicité

Certains responsables politiques ont emboité le pas dans les radios locale avec des propos virulents, proliférant même des menaces à peine voilées à l'endroit d'autres candidats.

Le motif est suffisant pour que le Représentant spécial du secrétaire général de l'ONU, José Ramos Horta pour recadrer le débat. « C'est totalement inacceptable pour l'ONU, pour le secrétaire général et pour le Conseil de sécurité qu'il y ait des pressions, des menaces et des ingérences dans ce processus démocratique. » 

Le représenant onusien menace d'intervenir : « J'ai déjà avisé le secrétaire général et le Conseil de sécurité de cette question. Si cela est nécessaire, le secrétaire général et le Conseil de Sécurité au plus haut niveau prendront les mesures qui s'imposent. »

→ A (RE) LIRE : Présidence en Guinée-Bissau: 18 candidats déposent leur dossier

Une campagne électorale coûteuse

Les médias ont reçu des avertissements de l'organe de régulation, de ne pas diffuser des discours appelant à la haine ou de nature à perturber le bon déroulement de la campagne.

Au total, 13 candidats sont en lice pour la présidentielle et 15 formations politiques pour les législatives. Ils doivent battre campagne pour convaincre les 750 000 électeurs. Une campagne à l'Américaine, qui va durer 21 jours et pour lqauelle les partis et leurs candidats n'ont pas lésiné sur les moyens malgré la crise économique et financière qui frappe durement le pays.

« Les élections du 13 avril ont coûté chères, mais elles se tiendront tout de même. » a déclaré en substance, le Président de transition Manuel Serifo Nhamadjo dans son discours à la nation. Les rues de Bissau sont pavoisées aux couleurs des partis et des posters géants des différents candidats sont partout visibles.

→ A RE LIRE : Guinée-Bissau: la difficile organisation des élections générales

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.