Burkina Faso

Burkina Faso: le message de tolérance de la Semaine de la culture

Vue du marché de Bobo-Dioulasso.
Vue du marché de Bobo-Dioulasso. Photo: Semiliki, source: Wikipédia

Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays accueille depuis le samedi 22 mars la 17e édition de la Semaine nationale de la culture (SNC). Comme à l’accoutumée, elle regroupe toutes les composantes de la culture au Burkina Faso. Le spectacle d’ouverture a été l’occasion pour les artistes d'attirer l’attention des politiques sur le danger qui menace le pays, à travers tout le débat sur la modification de l’article 37 de la Constitution afin de permettre une autre candidature du président Blaise Compaoré.

Publicité

Paix, tolérance, dialogue et hospitalité sont des mots revenus dans les différents couplets chantés par les artistes pendant le spectacle d’ouverture de la 17e édition de la Semaine nationale de la culture à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso.

Pour le chorégraphe burkinabè Salia Sanou, ce spectacle est une invitation au dialogue et à la paix. Et les artistes venus de toutes les régions du pays entendent en donner l’exemple : « Il faut s’écouter, il faut dialoguer. On ne peut pas grandir si on ne discute pas, si on ne parle pas, si on ne s’écoute pas, s’il n’y a pas de tolérance. »

« Vision lointaine »

« L’occasion de la SNC, ajoute Salia Sanou, est faite justement pour que les Burkinabè se rassemblent, pour que les Burkinabè se disent, nous formons une Nation et il y a des moments où on peut se bagarrer et où on peut se dire les choses, mais discutons avec une vision lointaine et pour l’avenir de nos enfants et pour l’avenir du pays ».

Pendant une semaine, toutes les expressions et identités culturelles du Burkina Faso s’affronteront - pacifiquement - sur scène pour le Grand prix national des arts et des lettres.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail