Accéder au contenu principal
RCA

La Centrafrique réclame une enquête sur les récentes tueries

Des hommes transportent le cercueil de l'une des victimes des violences au PK5, un quartier musulman de Bangui, le 23 mars 2014.
Des hommes transportent le cercueil de l'une des victimes des violences au PK5, un quartier musulman de Bangui, le 23 mars 2014. REUTERS/Siegfried Modola
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Après les deux drames qui ont frappé la ville de Bangui, le ministre centrafricain de la Défense, Thomas Théophile Tchimangoua, interviewé ce lundi 31 mars par RFI, réclame une enquête onusienne. Suite à l'explosion de grenades dans une concession au quartier Fatima, jeudi 27 mars, et les heurts entre une colonne tchadienne et des anti-balaka, samedi 29 mars, les autorités ont décrété trois jours de deuil national.

Publicité

Un calme tendu est revenu, ce lundi, dans la capitale centrafricaine après les tueries du week-end. Les Tchadiens - théoriquement cantonnés dans le nord du pays - ne viennent pas à Bangui mais ce week-end, le commandant de la « brigade tchadienne » rentrait justement d’une mission, au nord, et c’est à la porte nord de la capitale que les heurts ont éclaté entre ce détachement de soldats tchadiens de la Misca et les milices anti-balaka. Le dernier bilan fait état de sept morts et une quarantaine de blessés.

Interviewé par RFI, Thomas Théophile Tchimangoua, ministre centrafricain de la Défense, réclame une enquête onusienne.

« La communauté internationale n’a qu’à déclencher une enquête internationale ! Il est temps. Nous ne sommes pas un Etat où les choses doivent se passer comme ça. Et si un pays voisin ou un pays ami veut jeter le discrédit, le désordre, eh bien que les institutions internationales prennent leurs responsabilités. Et si ce pays fait partie de la CEEAC (Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale), il est temps qu’on leur dise que nous ne sommes pas des provocateurs et qu’on ne vienne pas nous provoquer », a déclaré le ministre centrafricain de la Défense.

A la question de savoir si le ministre de la Défense voulait dire que l’arrivée au PK12 d’un convoi de Tchadiens (venus rapatrier leurs compatriotes) était une action de provocation, ce dernier s’interroge.

« Dans la mesure où on parle de rapatrier les ressortissants, "rapatrier les ressortissants" ne veut pas dire ouvrir le feu. Je n’accuse personne mais il y a un amalgame. Il faudrait qu’on lève l’équivoque. C’est ce que je demande à la communauté internationale. Ces sont les Nations unies qui pourraient mener cette enquête. En effet, la RCA n’a pas d’armée ; elle est placée sous protection internationale », a réclamé le ministre centrafricain de la Défense, Théophile Tchimangoua.

La présidente centrafricaine de transition, Catherine Samba-Panza a, quant à elle, décrété un deuil national de trois jours, à partir de ce lundi, à la mémoire des morts.

Combiner réponse à l'urgence et solutions de moyen terme

En France, il a été aussi question de la Centrafrique, ce lundi matin à Paris au cours de la Conférence nationale humanitaire. Une rencontre de réflexion des acteurs humanitaires - ONG bien sûr mais aussi collectivités locales et fondations d'entreprises - ouverte par le ministre français des Affaires étrangères. Laurent Fabius a rappelé l'importance de combiner la réponse à l'urgence et des solutions de moyen terme.

« Il nous faut répondre à l’urgence, protéger et parfois, quand il n’y a pas d’autres solutions, séparer les communautés qui se livrent une guerre fratricide mais il nous faut aussi, dans le même temps, redonner aux autorités des moyens de la réconciliation nationale. Cela passe par la fin de l’impunité, par la mise ou la remise sur pied de l’Etat, par la réhabilitation des services de base, le rétablissement des circuits financiers et la relance de l’économie, notamment rurale », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.