Burkina Faso

L'exhumation du corps de Thomas Sankara en suspens

On n’est pas sûr que le corps de Thomas Sankara soit vraiment celui qui se trouve dans la sépulture qui porte son nom.
On n’est pas sûr que le corps de Thomas Sankara soit vraiment celui qui se trouve dans la sépulture qui porte son nom. (Photo : Stanislas Ndayishimiye / RFI)

Ce mercredi 2 avril, le tribunal de grande instance de Ouagadougou se prononce sur une demande de la famille de Thomas Sankara d'exhumer le corps de l'ancien président assassiné en 1987, pour effectuer des expertises ADN et vérifier que c’est bien sa dépouille qui repose dans sa tombe. Une manière, assure la défense de la famille, de faire son deuil. Mais il y a aussi d'autres enjeux.

Publicité

Le 5 mars 2014, le tribunal avait demandé des pièces supplémentaires. Ces pièces ont été fournies assure la défense de la famille Sankara, qui ne voit pas ce qui peut encore empêcher la justice burkinabè d'accéder à sa requête.

En 2006, le Comité des droits de l'homme de l'ONU avait appuyé Mariam Sankara, la veuve du chef de l'Etat, et ses deux enfants, dans leur volonté de connaître l'identité du défunt gisant dans la tombe, au nom de Thomas Sankara à Ouagadougou.

Faire avancer l'enquête

L'Etat du Faso nous dit : «nous avons déjà effectué cette mesure, d'ailleurs tout le monde peut se recueillir sur la tombe de Thomas Sankara». Nous disons : «chiche! Si vous êtes tellement persuadés que le corps qui est dans ce tombeau est celui de Thomas Sankara, et bien on procède à une expertise ADN».

Maître Ferdinand Djamen Nzepa

En 2010, la famille lance donc une procédure en ce sens, une procédure qui dure encore aujourd'hui. À demi-mots, la défense de la famille reconnait que l'exhumation du corps - s'il s'agit bien de celui de l'ancien chef de l'Etat burkinabé - pourrait permettre de faire avancer l'enquête sur les causes réelles de sa mort lors du coup d'Etat. Le premier certificat de décès mentionnait une « mort naturelle ».

Là encore, le Comité des droits de l'homme de l'ONU avait demandé à ce que le document soit officiellement et formellement amendé, mais les avocats de la famille n'ont jamais eu accès à la version modifiée.

Depuis une première plainte en 97 pour « assassinat », la famille Sankara a vu toutes les procédures tomber à l'eau ou être bloquées.Dans le feuilleton Sankara, l'épisode des tests ADN est une manière de garder le fer au feu.

→ A (RE)LIRE : Burkina Faso: 25 ans après l'assassinat de Thomas Sankara, le mystère demeure

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail