Algérie / Etats-Unis

John Kerry en Algérie: une visite axée sur la lutte antiterroriste

Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry (G), avec le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra (D), ce jeudi 3 avril 2014 à Alger.
Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry (G), avec le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra (D), ce jeudi 3 avril 2014 à Alger. REUTERS/Louafi Larbi

John Kerry a achevé ce jeudi 3 avril sa visite en Algérie, la première dans ce pays depuis qu’il a été nommé secrétaire d’Etat, en février 2013. Il est venu parler de sécurité et lutte antiterroriste. Une partie de la presse algérienne ainsi que l’opposition l’accusent cependant d'être venu apporter un soutien au président Abdelaziz Bouteflika, qui brigue un quatrième mandat.

Publicité

La lutte contre le terrorisme était le sujet officiel de la visite de John Kerry. Le secrétaire d’Etat américain a assuré que la coopération avec Alger était bonne.

« L’Algérie est un partenaire solide bilatéral et multilatéral. Les Etats-Unis, les Nations unies, le G7 soutiennent les pratiques de ce qui s’appelle désormais le mémorandum d’Alger. Et aujourd’hui, nous avons eu d’importants échanges avec les services de sécurité algériens, les forces de l’ordre et le secteur de la justice sur un grand nombre de questions », a déclaré John Kerry.

De son côté, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, souhaite que les Etats-Unis coopèrent dans la lutte contre le terrorisme.

« Si nous devions parler de ce que les USA pourraient faire spécifiquement, parce que personne d’autre ne peut le faire, eh bien ce serait par exemple de partager ses compétences en matière de renseignements électroniques avec les agences de sécurité dans la région », a suggéré le ministre algérien des Affaires étrangères.

Avant que les journalistes n’arrivent, le secrétaire d'Etat a évoqué le contexte de la campagne présidentielle algérienne. Selon le département d’Etat américain, John Kerry a dit : « Nous espérons des élections transparentes ». Mais selon l’agence de presse officielle algérienne, John Kerry aurait dit : « Nous nous réjouissons de voir le processus de l’élection se dérouler dans la transparence ».

Ce jeudi matin, une partie de la presse algérienne soupçonnait John Kerry d'être venu apporter un soutien au président Abdelaziz Bouteflika, qui brigue un quatrième mandat. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail