Accéder au contenu principal
Ile Maurice

L’Ile Maurice s’attaque à la réforme de son modèle électoral

Opération de vote à l'Ile Maurice, en mai 2010.
Opération de vote à l'Ile Maurice, en mai 2010. REUTERS/Ally Soobye
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le gouvernement mauricien s’est engagé à réformer son modèle électoral. Un document de consultation a été présenté le 24 mars et le Premier ministre souhaite un consensus politique. Une initiative bien accueillie par l’opposition.

Publicité

Ce modèle électoral, qui assure la stabilité politique et sociale de Maurice depuis son indépendance, il y a 46 ans, est d’abord contesté au nom des droits humains. Un groupe d’activistes appelé Résistance et alternatives a saisi le comité des droits de l’homme des Nations unies sur un fait jugé anti-démocratique et il a obtenu gain de cause.

Pour assurer la représentativité ethnique au Parlement, le mode de scrutin mauricien impose en effet à tout candidat aux élections législatives de décliner son identité ethnique. S’il refuse, sa candidature est rejetée. C’est cela que le gouvernement mauricien s’engage à réformer pour respecter le Pacte international sur les droits civils et politiques.

Sans opposition

Un autre défaut est reproché au mode de scrutin mauricien : à deux occasions, il a produit ce qu’on appelle un « 60-0 », c’est-à-dire qu’une alliance est parvenue à rafler tous les sièges, laissant un Parlement sans opposition. « Plus jamais ça », a plaidé le Premier ministre, Navin Ramgoolam, lors de la présentation d’un document de consultation, le 24 mars dernier. Un document qui a provoqué un emballement médiatique et politique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.