Niger

L'affaire Ibrahim Baré Maïnassara devant les magistrats ouest-africains

Clémence Baré Maïnassara et l'un de ses fils, lors d'une cérémonie funéraire après l'assassinat de son mari en 1999.
Clémence Baré Maïnassara et l'un de ses fils, lors d'une cérémonie funéraire après l'assassinat de son mari en 1999. SEYLLOU DIALLO / AFP

Les proches de l'ancien président nigérien assassiné en 1999 ont déposé une requête devant la cour de justice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour faire la lumière sur le meurtre d’Ibrahim Baré Maïnassara.

Publicité

L'ancien général, arrivé au pouvoir en 1996 à la suite d’un coup d'Etat, avait dirigé le pays pendant trois ans avant d'être tué sur le tarmac de l'aéroport de Niamey par des éléments de la garde présidentielle. Depuis, sa famille se bat pour établir la vérité et obtenir justice. Mais devant l'échec des procédures au Niger, elle a décidé de porter le dossier au niveau international. 15 ans après les faits, l'épouse de l'ancien chef d'Etat, Clémence Baré Maïnassara, garde espoir.

Nous pensons bien sûr à la condamnation des personnes qui auraient été identifiées comme les auteurs de cet assassinat. Nous avons eu beaucoup de déceptions, mais nous restons tous toujours mobilisés [...]. Nous voyons qu'il y a maintenant au Niger une véritable quête de justice.

Clémence Baré Maïnassara

 → A (RE)LIRE : Au Niger, la plainte de la famille du président assassiné Baré Maïnassara de nouveau rejetée

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail