France / Côte d'ivoire

Guy-André Kieffer: cérémonie à Paris, dix ans après de sa disparition

Osange Silou-Kieffer, l'épouse de Guy-André et Alain Le Gouguec, président de RSF, lors d’une cérémonie, à Paris, le 16 avril 2014, à l’occasion des dix ans de la disparition du journaliste.
Osange Silou-Kieffer, l'épouse de Guy-André et Alain Le Gouguec, président de RSF, lors d’une cérémonie, à Paris, le 16 avril 2014, à l’occasion des dix ans de la disparition du journaliste. Sébastien Nemeth / RFI

Le 16 avril 2004, le journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer disparaissait à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Le reporter indépendant enquêtait sur des malversations notamment dans la filière cacao. L'enquête, menée en France, s'est orientée vers des cercles proches de l'ancien président Laurent Gbagbo. Mais dix ans après, les investigations n'ont toujours pas abouti. A cette occasion, ses proches ont organisé une cérémonie devant la mairie du 20e arrondissement de Paris.

Publicité

Pourquoi Guy-André Kieffer a-t-il été enlevé ? Par qui ? Que lui est-il arrivé ? Cela fait dix ans que ses proches se posent les mêmes questions. Pour marquer une décennie d'attente, sa fille, Canelle, a rassemblé ses soutiens. Elle avait 17 ans lorsque son père a disparu. Elle n'a rien oublié de lui.

« C’était le moment où on partait le dimanche matin, normalement sur un vélo. C’était ce qu’on racontait à ma mère et qu’en réalité, on montait dans une boucherie alsacienne acheter des saucisses qu’on mangeait en douce. C’était ça, mon père. Un grand enfant qui aimait me piquer mes rollers, me réveiller de temps en temps avec un sceau d’eau en criant : "Debout les crabes, la mer monte", qui était quelqu’un de très drôle et qui me manque », raconte-t-elle.

Deux juges d'instruction ont été nommés à l'automne mais pour l'instant, pas d'avancée. Bernard Nicolas a réalisé un documentaire sur l'affaire Kieffer. Pour lui, certains ont intérêt à ce que la vérité ne sorte pas. « Plus forte que la raison d’Etat, il y a la raison d’intérêts particuliers. Tout le monde en croque là-bas, au niveau du cacao : des ministres, des intermédiaires et, à l’évidence, les articles qu’il écrivait sur la corruption, l’ont mis en danger et personne n’a intérêt à savoir exactement pourquoi on a tenté de le faire taire », a affirmé, à RFI, le réalisateur du documentaire sur l’affaire Kieffer.

Aujourd'hui, l'espoir demeure. Des proches de l'ancien président Gbagbo sont sous les verrous, à Abidjan, et pourraient être interrogés. Enfin, la famille Kieffer demande au président français, François Hollande, de faire pression sur Alassane Ouattara lors de son prochain voyage en Côte d'Ivoire.

A Abidjan, RSF ranime le souvenir de Guy-André Kieffer

Ce sont une dizaine d’affiches placardées sur des panneaux sur les grands axes de passages de la ville d’Abidjan. Des affiches de 12 m², avec un gros plan du visage de Guy-André Kieffer, ses yeux cachés derrière des lunettes noires. Et une légende qui rappelle qu’il a disparu depuis 10 ans. Une affaire dont certains passants se souviennent. « C’est vraiment étonnant que cela n’ait pas encore été résolu dix ans après. On devrait connaître les responsables de cet acte. On devrait les arrêter. Ce n’est pas normal », réagit une femme. D’autres découvrent le mystère qui entoure la disparition du journaliste franco-canadien.

Une campagne d’affichage de deux semaines, dont « l’objectif principal est de maintenir est de maintenir la flamme de la mobilisation autour du cas Guy-André Kieffer, explique Baudelaire Mieu, correspondant de Reporters sans frontières en Côte d’Ivoire. Avec l’alternance en Côte d’Ivoire, on pensait que le dossier allait connaître des progrès, mais on constate que l’enquête piétine, qu’elle est toujours au point mort. » La campagne d'affichage rappelle au président ivoirien Alassane Ouattara qu’il a promis, en avril 2012, que « personne ne sera protégé » dans le dossier de la disparition de Guy-André Kieffer.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail