Libye

Libye: confusion autour de l’élection du Premier ministre

Le siège du Premier ministre libyen, à Tripoli.
Le siège du Premier ministre libyen, à Tripoli. REUTERS/Ismail Zitouny
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les députés libyens se sont réunis ce dimanche 4 mai pour élire le nouveau Premier ministre. Une élection houleuse et déjà contestée. Une fois de plus, c’est la confusion qui l’emporte.

Publicité

Ahmed Meitig est arrivé en tête au terme d’un premier vote pour départager les deux candidats du second tour. C’est lors du second vote, le vote de confiance pour lequel il devait recueillir 120 voix, que les choses se sont gâtées. Il n’en a obtenu que 113, la séance a donc été levée. Mais suite à cet échec, plusieurs députés ont convaincu leurs collègues d’accorder leur confiance à Ahmed Meitig.

C’est donc après avoir d’abord échoué à obtenir un vote de confiance qu’il a finalement recueilli les quelques voix nécessaires pour être nommé Premier ministre. Plusieurs députés ont vivement contesté cette élection, tout comme le premier vice-président du Congrès qui a alors demandé à l’actuel Premier ministre de rester à son poste.

C’est donc la confusion qui règne à Tripoli à un moment où les défis qui attendent le chef du gouvernement sont nombreux. La sécurité d’abord, avec la montée de l’extrémisme, notamment lors des attaques de ces derniers jours du groupe Ansar al-Charia contre l’armée à Benghazi, qui ont fait plusieurs morts. Trois diplomates – deux Tunisiens et l’ambassadeur jordanien – sont encore aux mains de leurs ravisseurs.

Mais les défis du Premier ministre sont aussi économiques. Le blocage des terminaux pétroliers n’est pas résolu. La crise dure depuis l’été dernier et la Libye est désormais obligée de puiser dans ses réserves pour payer les salaires. Le vote de ce dimanche est à l’image du chaos qui règne en Libye.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail