Mali

Mali: le HCUA prêt à négocier, mais dans un pays neutre

Mohamed Ag Intallah, l’un des fils de l’Aménokal président du Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA) signataire avec le MNLA de l’accord de Ouagadougou.
Mohamed Ag Intallah, l’un des fils de l’Aménokal président du Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA) signataire avec le MNLA de l’accord de Ouagadougou. RFI / Claude Verlon
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le congrès du Haut conseil pour l’unicité de l’Azawad (HCUA), l’un des groupes armés touareg implanté à Kidal et dans sa région, s’est terminé ce mardi. Il fut notamment question de la nouvelle orientation du mouvement et des futures négociations avec le gouvernement malien.

Publicité

Les héritiers du chef islamiste malien Iyad Ag Ghali ont d’abord réaffirmé l’« attachement à l’Islam et à ses valeurs » du Haut conseil pour l’unicité de l’Azawad (HCUA). Le HCUA a également annoncé la création d’une structure d’orientation appelée « Choura » - « Conseil » ou « Assemblée » - à l’issue du congrès du HCUA qui s’est terminé ce mardi à Kidal. A noter qu’une Choura existe d’ores et déjà dans l’organigramme des groupes islamistes du nord du Mali.

→ A (RE)LIRE : Nord du Mali: Bamako veut relancer les négociations

Autres déclarations du HCUA lors de ce congrès : « Oui, pour les accords de Ouagadougou, le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad reconnaît le drapeau malien » ; « Oui, également pour le dialogue avec Bamako », avec comme préalable, pour le HCUA, la libération de prisonniers. Dans le cadre des futures négociations, les touaregs armés demandent à la communauté internationale de désigner un médiateur, et que les discussions se déroulent dans un pays neutre. Enfin, le Haut conseil demande à tous les autres groupes armés de le rejoindre pour créer un seul mouvement.

→ A (RE)LIRE : Mali: Alger, étape dans les pourparlers avec les groupes armés

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail