Accéder au contenu principal
RDC / Environnement

RDC: le pétrolier Soco s’engage à se retirer du parc des Virunga

Patrick Karabaranga, l'un des gardien du parc des Virunga, dans l'est de la RDC, en juillet 2012 avec l'un des gorilles pris en charge à Rumangabo.
Patrick Karabaranga, l'un des gardien du parc des Virunga, dans l'est de la RDC, en juillet 2012 avec l'un des gorilles pris en charge à Rumangabo. AFP PHOTO/PHIL MOORE
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Après des mois de lobbying, l’entreprise pétrolière britannique Soco jette l’éponge. Elle annonce mettre fin à ses opérations d’exploration pétrolière dans le parc national des Virunga, en RDC. Soco promet également de ne pas mener d’explorations pétrolières sur d’autres sites classés au Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.

Publicité

C’est une bonne nouvelle pour les défenseurs de la nature. Il aura fallu dix mois de campagne médiatique et une plainte pour que l’entreprise britannique Soco recule. Dans un communiqué, le pétrolier annonce qu'il va terminer ses tests sismiques d’ici 30 jours dans le parc des Virunga. Mais ensuite, il n’y aura pas de nouvelle phase d’exploration ou de forage. Pour le fonds mondial de protection de la Nature (WWF), qui avait porté plainte le 7 octobre dernier devant l’Organisation de coopération et de développement économique pour non-respect des normes sociales et environnementales, c’est une victoire.

Pressions de la communauté internationale

Ces derniers mois, le projet d’exploration pétrolière dans le parc naturel le plus ancien d’Afrique c’était transformé en véritable casse-tête. La Grande-Bretagne s’était opposée au projet à plusieurs reprises. Les Parlements belge et allemand avaient emboîté le pas. Et au final, Andris Piebalgs, le commissaire européen au Développement était intervenu. Enfin, il y a une petite levée de boucliers de la société civile en République démocratique du Congo. (A (RE)LIRE : RDC: Soco cherche du pétrole dans le Virunga «malgré la loi»)

Emmanuel de Merode, le directeur du parc des Virunga à l’est de la RDC, en 2012.
Emmanuel de Merode, le directeur du parc des Virunga à l’est de la RDC, en 2012. AFP PHOTO/MICHELE SIBILONI

Il y a également eu l’attaque contre le directeur du parc des Virunga lui-même. Le mardi 15 avril dernier, l'anthropologue belge Emmanuel de Mérode a été blessé par balle par des hommes non identifiés. Son véhicule avait été pris pour cible alors qu’il se trouvait à quelques kilomètres au nord de Goma. L’entreprise britannique a toujours démenti toute implication, mais les opposants au projet pétrolier ont alors bénéficié d'une couverture médiatique sans précédent.

Le parc n'est pas sanctuarisé

Soco est donc échec et mat. L’entreprise s’engage à plus de transparence et à une meilleure consultation des communautés locales lors d’activités exploratoires futures. Le pétrolier promet également de ne mener aucune activité sur d’autres sites classés au Patrimoine mondial de l’humanité de l'Unesco.

Un autre risque persiste, cependant : que le permis pétrolier soit revendu à une autre entreprise qui, elle, choisisse d’explorer dans le parc des Virunga, le plus ancien parc naturel d’Afrique. Un risque réel, étant donné que, jusqu’au bout, le gouvernement congolais a soutenu l’idée de mener des explorations pétrolières dans son parc.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.