Mali

Mali: l’évasion de la prison de Bamako, un plan soigneusement préparé

Parmi la vingtaine d'évadés de la prison de Bamako, le cerveau de l’opération, un jeune touareg, auteur présumé en 2011 de l’enlèvement de deux ressortissants français à Hombori dans le nord du Mali.
Parmi la vingtaine d'évadés de la prison de Bamako, le cerveau de l’opération, un jeune touareg, auteur présumé en 2011 de l’enlèvement de deux ressortissants français à Hombori dans le nord du Mali. Alex Potemkin/Getty images
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les suites de l’évasion spectaculaire, ce lundi 16 juin dans l'après midi, de détenus de la prison civile de Bamako... Parmi la vingtaine d'évadés, le cerveau de l’opération, un jeune touareg, auteur présumé en 2011 de l’enlèvement de deux ressortissants français à Hombori dans le nord du Mali. Il a minutieusement préparé son évasion avec des complicités.

Publicité

Depuis au moins deux mois, Mohamed Ali Ag Wassouden, un jeune Touareg de 25 ans, préparait son évasion de la prison civile de Bamako. Un lieu où l’argent est roi et justement, il en a, puisqu’une importante somme a été mise à sa disposition par la katiba, c’est-à-dire une unité combattante d’al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), pour laquelle il a enlevé en 2011 deux ressortissants français. Comment l’argent a atterri dans sa cellule de haute sécurité ? Avec des complicités, bien sûr.

Des renforts à l’extérieur de la prison

Une autre question occupe les esprits après cette évasion meurtrière : comment le prisonnier a pu obtenir l’arme avec laquelle il a abattu un surveillant de prison ? Plusieurs hypothèses circulent. On évoque la piste d’un complice rémunéré qui aurait glissé le pistolet automatique à l’intérieur du poste téléviseur appartenant à la prison et parti en réparation. Une fois le téléviseur de retour à l’intérieur de la maison d’arrêt, un autre complice l’aurait ensuite discrètement remis à celui qui était encore prisonnier.

Autre détail important, pour sécuriser la fuite du détenu, une équipe d’hommes puissamment armés l’attendait dehors, devant le portail de la prison, c’est-à-dire en plein centre-ville. Là aussi, selon les premiers éléments de l’enquête, les islamistes du nord du Mali ont joué un rôle important via des complices locaux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail