Madagascar

Madagascar: Marc Ravalomanana, grand absent de la fête d’indépendance

L'ancien président malgache Marc Ravalomanana, le 17 février 2011.
L'ancien président malgache Marc Ravalomanana, le 17 février 2011. Reuters / Mike Hutchings

Madagascar commémore ce 26 juin le 54e anniversaire de son indépendance. Les célébrations ont commencé la veille avec des feux d'artifice et des fêtes populaires. Aujourd'hui, place aux cérémonies plus officielles : le défilé militaire dans la capitale, puis un banquet au palais présidentiel et le traditionnel discours du chef de l'Etat. C'est la première fois que Hery Rajaonarimampianina se livre à l'exercice. Mais comme ces dernières années, il y aura un grand absent : l'ancien président Ravalomanana, toujours en exil en Afrique du Sud.

Publicité

Chaque année depuis 2009, les partisans de Marc Ravalomanana se demandent si l’ancien président sera présent aux cérémonies de la fête nationale. Cette année, il dit avoir été invité par la présidence, mais il restera en Afrique du Sud :

« Je crois que sur le plan technique je ne peux pas rentrer ni aujourd’hui ni demain
Et le message que je veux faire passer aux Malgaches c’est l’engagement solennel de travailler ensemble.
»

Un message de réconciliation, une volonté de travailler avec le régime en place. Un régime qui pourtant le maintient en exil et tarde à renouveler son passeport arrivé à expiration. Guy Rivo Randrianarisoa est son porte-parole à Madagascar :

« La vérité, c’est que ce sont les autorités malgaches qui ne veulent pas encore aujourd’hui lui octroyer son passeport. C’est clair et net. La mouvance a pris la décision d’appuyer le gouvernement et le pouvoir en place qui a été élu. Et nous allons continuer de l’appuyer. Marc Ravalomanana l’a confirmé même s’il n’obtient pas son passeport ».

→A(RE)LIRE: Madagascar: le président absent des commémorations du 7 février 2009

Marc Ravalomanana fait toujours l’objet d’une procédure judicaire en Afrique du Sud au sujet de la fusillade du 7 février 2009 devant le palais présidentiel. Une affaire qui lui a valu une condamnation par contumace par la justice malgache. En théorie s’il rentre, il devrait être aussitôt arrêté.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail