RDC

RDC: l’opposition s’organise pour empêcher la réélection de Kabila

Joseph Kabila, le président de la RDC.
Joseph Kabila, le président de la RDC. Reuters/Tiksa Negeri

Une nouvelle coalition de l'opposition congolaise regroupe désormais l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi et l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe. Avec une soixantaine d'autres partis politiques et organisations de la société civile, ce rassemblement a pour objectif d'empêcher le président Kabila de rester au pouvoir.

Publicité

La nouvelle coalition de l’opposition comprend une soixantaine d’organisations politiques de la société civile. Parmi elles, l’UDPS d’Etienne Tshisekedi, l’UNC de Vital Kamerhe et Sauvons la RDC de Martin Fayulu. Il s’agit des groupes qui avaient refusé de participer aux concertations nationales.

Le secrétaire général de l’UDPS, Bruno Mavungu affiche clairement les objectifs de cette nouvelle plateforme politique : « Obtenir la convocation d’un dialogue inclusif conformément à l’accord-cadre d’Addis-Abeba, ainsi que la résolution 20-98 du Conseil de sécurité des Nations unies, restructurer la Céni et arrêter par consensus un calendrier électoral et obtenir le départ de monsieur Joseph Kabila ».

Le MLC et ses alliés, qui ne font pas partie de cette coalition de l’opposition, ont de leur côté dénoncé ce qu’ils ont appelé les « stratégies » de la majorité présidentielle pour conserver le pouvoir. « On s’inquiète de l’instrumentalisation de la Céni et des autres institutions que ce soit le Parlement ou le gouvernement. C’est un mal qu’il faut dénoncer, car c’est un des mécanismes utilisés pour torpiller le processus électoral dans le but de pérenniser au pouvoir le président de la République et sa famille politique », confirme le président du groupe parlementaire, Alexis Lenga wa Lenga.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail