Soudan

Soudan: la chrétienne réfugiée dans l'ambassade américaine de Khartoum

Meriam Yahia Ibrahim Ishag, photographiée avec sa fille, le 28 juin 2014.
Meriam Yahia Ibrahim Ishag, photographiée avec sa fille, le 28 juin 2014. AFP PHOTO / STR

Au Soudan, Meriam Yahia Ibrahim Ishag est à l'ambassade américaine de Khartoum. Après l'annulation de sa condamnation à mort pour apostasie le 23 juin par la justice soudanaise, cette chrétienne a été arrêtée en tentant de quitter le pays le 26 juin, pour se rendre aux Etats-Unis. Accusée de trafic de papier, la jeune femme est de nouveau libre, mais a trouvé refuge à l'ambassade à Khartoum. Selon son avocat, il s'agit du lieu le plus sûr pour elle et sa famille. 

Publicité

Meriam Yahia Ibrahim Ishag, 26 ans, avait été arrêtée le 24 juin à l'aéroport de Khartoum alors qu'elle tentait de quitter le Soudan avec son mari et leurs deux enfants, puis inculpée d'usage de faux. Khartoum l'a accusée d'avoir présenté un faux document et fourni de fausses informations pour partir. La famille voulait se rendre aux Etats-Unis. Son époux, Daniel Wani, a la double nationalité, américaine et sud-soudanaise, et avait fourni à sa femme et leurs enfants des documents de voyages d'urgence sud-soudanais, jugés en règle par les autorités sud-soudanaises.

→A(RE)LIRE: Soudan: la chrétienne accusée d'avoir présenté un faux document

Le procureur a finalement décidé de la laisser rentrer chez elle sous le contrôle d'un garant, plus tôt dans la journée de jeudi. Elle ne peut toujours pas quitter le pays et a rejoint l'ambassade américaine jeudi avec son mari et ses enfants, selon son avocat, Me Al Sharif Ali Muhamed.

Réfugiée en lieu sûr

D'après Me Al Sharif Ali Muhamed, « Meriam est désormais avec son mari à l'ambassade américaine. Elle ne peut pas rentrer chez elle, elle ne peut pas non plus rester à l'hôtel parce que quelqu'un pourrait y venir l'attaquer ou la harceler. Ainsi, l'ambassade américaine est le lieu le plus sûr pour elle. Son affaire se poursuit, elle ne peut donc toujours pas voyager en dehors du Soudan. Bien que ses papiers soient en règle, ils ont été réalisés par l'ambassade du Soudan du Sud à Khartoum. Donc maintenant, nous espérons que les autorités vont lui fournir un passeport soudanais ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail