NIGER

Niger: dans le Sahel, l’accès à l’eau reste difficile

A Agadez, dans le nord du Niger, les pénuries d’eau sont de plus en plus fréquentes.
A Agadez, dans le nord du Niger, les pénuries d’eau sont de plus en plus fréquentes. Getty Images/ Maremagnum
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Dans le Sahel, l’eau se fait rare en cette période de forte chaleur. Dans les quartiers périphériques d'Agadez, au nord du Niger, les habitants s’approvisionnent à la borne-fontaine, ce qui n’est pas toujours facile.

Publicité

Depuis ce dimanche matin, il n’y a pas une seule goutte d’eau à la borne-fontaine du quartier Misrata, à la périphérie ouest d’Agadez. La journée a été dure pour Aichatu. Elle est à jeun et la chaleur a été accablante. A cela s’ajoute le manque d’eau : « C’est la nuit seulement que nous avons le droit à un peu d’eau ici. On est donc souvent obligés de faire une nuit blanche pour faire un peu de provisions. »

C’est Maman Sani qui s’occupe de la vente d’eau à la borne-fontaine du quartier. Il passe la journée espérant voir un peu d’eau couler au robinet, mais le plus souvent en vain : « Ce problème dure depuis deux ou trois mois. On nous a dit que c’était à cause des coupures d’électricité. »

Le prix de l’eau flambe

Seydou a une charrette et il vend de l’eau dans le quartier. Face à la pénurie, le prix de la charrette d’eau est passé de 500 francs CFA à 1 000 francs : « Comme il n’y a pas d’eau ici à cette borne-fontaine, on va beaucoup plus loin la chercher. C’est pourquoi le prix a augmenté. »

Ce quartier, qui date du début des années 2000, ne fait que s’élargir de jour en jour avec des nouveaux habitants, mais la viabilisation tarde toujours à venir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail