Tunisie

Tunisie: Ali Larayedh désigné secrétaire général d'Ennahda

L'ex-Premier ministre tunisien Ali Larayedh a été désigné au poste de secrétaire général du mouvement islamiste Ennahda en remplacement de Hamadi Jebali.
L'ex-Premier ministre tunisien Ali Larayedh a été désigné au poste de secrétaire général du mouvement islamiste Ennahda en remplacement de Hamadi Jebali. AFP PHOTO / FETHI BELAID
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Tunisie, le parti islamiste Ennahda a annoncé dimanche 13 juin le nom de son nouveau secrétaire général. Il s'agit de l'ex-Premier ministre Ali Larayedh, qui succède à un autre ancien Premier ministre, Hamadi Jebali. C'est le Conseil de la choura, le parlement interne du parti qui a nommé Ali Larayedh, un militant de la première heure, connu pour faire consensus au sein du parti Ennahda.

Publicité

Cadre historique d'Ennahda, Ali Larayedh a vécu la torture et la répression sous Ben Ali. Emprisonné pendant près de quinze ans jusqu'à sa libération en 2004, c'est lui qui dépose au lendemain de la révolution en 2011la demande de visa sortant le parti islamiste de la clandestinité.

Sa nomination comme secrétaire général n'est pas une surprise pour les militants. Malgré un bilan sécuritaire et économique très contesté comme Premier ministre, Larayed avait dû démissionner après l'assassinat du député Mohamed Brahmi en juillet 2013 mais son profil fait relativement consensus entre l'aile conservatrice et plus moderne du parti.

Son prédécesseur Hamadi Jebali, jugé trop proche de l'opposition, avait fini par perdre le soutien d'une parti des militants. Ancien Premier ministre lui aussi, il avait dû démissionner après l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd en février 2013 et avait ensuite quitté le secrétariat général d'Ennahda sur fond de désaccord avec son parti. Hamadi Jebali envisageait en effet de se présenter à la présidence de la république alors qu'Ennahda, en accord avec l'opposition, ne devrait pas présenter de candidat.

Les islamistes tunisiens préfèrent se concentrer sur les législatives du 26 octobre prochain, un mois avant la présidentielle. Il s'agira du second scrutin libre en Tunisie depuis la chute de Ben Ali.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail