Accéder au contenu principal
Algérie

Moines de Tibéhirine: Alger semble disposé à recevoir le juge Trévidic

Le juge anti-terroriste Marc Trévidic.
Le juge anti-terroriste Marc Trévidic. AFP /JACQUES DEMARTHON
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après deux reports, Alger a donné ce mercredi son feu vert à une visite du juge français Marc Trévidic qui enquête sur la mort des moines de Tibéhirine, en 1996. La visite devrait avoir finalement lieu les 12 et 13 octobre prochain.

Publicité

C’est un nouvel épisode dans un feuilleton qui a commencé il y a plus de dix mois. Fin novembre, les autorités algériennes donnent leur accord pour que le juge français fasse effectuer des autopsies sur les têtes des moines assassinés. Mais en février, la visite doit être reportée. Au mois de mai, c’est Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, qui annonce que le juge a l’accord d’Alger pour venir dans les jours qui suivent. Mais il ne recevra pas d’invitation officielle et annulera sa visite.

Alors que Marc Trévidic a toujours été discret sur cette affaire, il dénonce, mi-juillet en direct sur France Inter : « Je ne comprends pas ce qui se passe. En septembre-octobre, une bonne fois pour toutes, il va falloir savoir si on se moque de nous ou pas. »

La presse algérienne a estimé que l’Algérie voulait, avant tout accord, entendre des témoins, membres de la DGSE à l’époque. Mais de source proche du dossier, on affirme que ces demandes ont déjà été accordées. Et ce mercredi matin, c’est le ministre de la Justice, Tayeb Louh, qui a finalement affirmé que le feu vert avait été donné par les autorités pour les 12 et 13 octobre prochain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.