France / Comores

France: premier round judiciaire dans l'affaire du crash de la Yemenia

L'Airbus A-310 de Yemenia Airlines qui s'était abimé en mer avec 153 personnes à son bord.
L'Airbus A-310 de Yemenia Airlines qui s'était abimé en mer avec 153 personnes à son bord. AFP / Khaled Fazza

La catastrophe avait fait 152 morts et une seule rescapée, une adolescente de 13 ans. Le crash de la Yemenia Airlines au large des Comores en juin 2009 reste un sujet sensible alors que s’ouvre une première étape judiciaire ce lundi au tribunal d’Aix-en-Provence, près de Marseille. Un rendez-vous important pour les familles des victimes qui espèrent surtout la tenue d’un procès pénal.

Publicité

Avec notre correspondant à Marseille, Stéphane Burgatt

Un premier round judiciaire au goût amer. Ces familles espèrent surtout un procès au pénal, procédure où la chaîne des responsabilités serait passée au crible et des sanctions prises s’il y avait lieu. Mais la séquence de ce lundi matin ne concernera que les réparations financières, une étape certes importante après cinq années de combat pour tous ceux qui ont perdu un proche dans le vol 626.

→ A (RE)LIRE : Accident d'un Airbus de Yemenia Airways au large des Comores

Même si la compagnie aérienne a été mise en examen en novembre dernier pour homicide involontaire, la procédure pénale n’aura peut-être jamais lieu, confiait dernièrement un de leurs avocats qui accuse la Yemenia Airlines de faire preuve d’opacité et de mauvaise volonté. Une plainte avait d’ailleurs été déposée en ce sens en avril 2011 pour obstacle à la manifestation de la vérité.

À ce jour, deux rapports ont lié ce drame à des erreurs de pilotage et une formation inadaptée de l’équipage. Des révélations insuffisantes aux yeux des familles.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail