Comores

Les Comores se préparent à des élections groupées en novembre

Une Comorienne  vote à Moroni, lors de l'élection présidentielle du 26 décembre 2010.
Une Comorienne vote à Moroni, lors de l'élection présidentielle du 26 décembre 2010. Simon Maina / AFP

Le gouvernement de l'Union des Comores s’apprête à organiser, le 2 novembre, pour la première fois, trois scrutins en même temps : les députés, les maires et les conseillers des îles. Des élections harmonisées pour éviter des dépenses que le gouvernement n'est pas en mesure de supporter chaque année.

Publicité

Les élections législatives, communales et des conseillers des îles, prévues en novembre prochain, préoccupent beaucoup le gouvernement de l'Union des Comores. Bien que les autorités comoriennes se déploient pour respecter la date du 2 novembre en débloquant plus de 580 millions, la tenue du scrutin n’est pas encore confirmée en raison de nombreuses zones d’ombre.

La date limite de dépôt des candidatures, initialement prévues le 4 septembre, n’a pas été encore respectée et aucune nouvelle échéance n’est encore avancée pour l’heure. Par ailleurs, certains partis politiques contestent la nomination des membres de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) par le vice-président Nourdine Bourhane, qui assurait l’intérim du président de la République, Ikililou Dhoinine. Ces partis politiques campent sur leur position en qualifiant ces dates de violation de la loi. A cela s’ajoutent des difficultés pour la Céni. Elle serait confrontée à des problèmes financiers pour mener à bien ces missions d’autant plus que les commissions électorales insulaires ne sont pas mises en place.

Aujourd’hui, le budget provisoire pour les élections harmonisées est de trois milliards de francs comoriens. Le gouvernement a sans nul doute encore besoin d’agent pour être au rendez-vous du 2 novembre. Et l’aide promise beaucoup de partenaires et bailleurs tarde à arriver. Seuls l’Union européenne et Maurice ont déjà engagés à hauteur respectivement de 1 million 600 000 euros et 500 000 dollars.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail