Afrique du Sud

Scandale Nkandla: bras de fer au Parlement entre l’ANC et l’opposition

Vue de la résidence secondaire du président sud-africain Jacob Zuma à NKandla.
Vue de la résidence secondaire du président sud-africain Jacob Zuma à NKandla. REUTERS/Rogan Ward/Files

En Afrique du Sud, bras de fer au Parlement entre le parti au pouvoir, l’ANC, et l’opposition. Le président Jacob Zuma doit-il s’expliquer au sujet des dépenses excessives dans sa résidence privée. Il s’agit du scandale Nkandla, soit 18 millions d’euros d’argent public pour rénover sa résidence.

Publicité

Le bras de fer dure depuis des mois. Dans un rapport sur Nkandla, la médiatrice de la République conclut qu’il y a eu abus d’argent public. Elle demande au président de s’expliquer sur ces abus et suggère des sanctions contre les responsables.

Or, le président ne s’est jamais expliqué. Il s’est contenté d’envoyer des courriers à la médiatrice, dans lesquels il affirme ne pas avoir été au courant de l’ampleur des travaux à son domicile. Depuis, l’opposition et l’ANC se bagarrent au sein d'une commission parlementaire pour savoir quelle suite donner à cette affaire. 

Fonds publics

L’opposition veut que le président vienne s’expliquer devant les parlementaires, comme le recommande le rapport. Elle demande qu’il soit partiellement tenu responsable et qu’une partie des fonds publics soit remboursée. « Non », répond l’ANC. Le rapport de la médiatrice n’est qu’une simple suggestion et le président n à aucune obligation de s’y conformer.

Cet après-midi, vendredi 26 septembre, l’opposition a décidé de quitter la commission. Elle estime que les membres de l’ANC ne sont pas là pour trouver les responsables et les sanctionner mais pour protéger coûte que coûte le président de la République.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail