Sénégal / Procès de Karim Wade

Pas de renvoi pour le procès de Karim Wade à Dakar

Karim Wade à son arrivée à la Cour, à Dakar, le 30 juillet 2014.
Karim Wade à son arrivée à la Cour, à Dakar, le 30 juillet 2014. AFP PHOTO / STRINGER

Pas de confrontation entre les coprévenus jeudi au procès de Karim Wade. La Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a décidé de commencer l’audition des témoins. Ils pourraient être environ 80 à se présenter. C’est donc une nouvelle étape qui commence au grand dam des avocats de la défense qui réclamaient le renvoi du procès, Bibo Bourgi, le principal complice présumé de Karim Wade, n’étant toujours pas en état de comparaitre. Retour sur ce débat qui est au cœur de tout ce procès.

Publicité

La demande de renvoi des avocats de Bibo Bourgi rejetée, le procureur commence l’appel des témoins. Les avocats de Karim Wade se lèvent : « le Code de procédure pénal stipule qu’avant de procéder à l’audition des témoins, le président de la Cour entende tous les prévenus. Or Bibo Bourgi n’a pas été entendu », expliquent les défenseurs de Karim Wade. « Quand la Cour s’est transportée le 12 septembre à la clinique où le prévenu est hospitalisé, vous ne lui avez posé aucune question sur le fond de l’affaire. Ce n’était pas une audition. Cela n’a duré que 20 minutes ». Et de s’exclamer : « Respecte-t-on ici les principes fondamentaux ou fait-on semblant ?! »

Présence de Bourgi indispensable pour Karim Wade

Les avocats de Karim Wade font également remarquer qu’eux aussi ont des questions à poser à Bibo Bourgi. Karim Wade prend alors la parole et rappelle que 54% du patrimoine qui est en jeu appartient à l’homme d’affaires, que pour le reste, à savoir le compte à Singapour, le nom de Bibo Bourgi est cité par l’accusation dans des transferts d’argent. La présence de Bibo Bourgi est donc indispensable à ses yeux : « Ne pas renvoyer, affirme-t-il, ne ferait que confirmer que ce procès n’est qu’un procès politique. »

Mais la Cour rejette la demande de renvoi, le premier témoin est appelé à la barre.

Au lieu de reprendre lundi, la prochaine audience est renvoyée au 13 octobre en raison des fêtes de la Tabaski.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail