Accéder au contenu principal
Sénégal

Etudiant tué dans une manifestation au Sénégal: un policier arrêté

L'université Cheikh Anta Diop à Dakar.
L'université Cheikh Anta Diop à Dakar. DR
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Au Sénégal, un policier a été placé en garde à vue hier, mercredi. Il est suspecté d’avoir tiré sur un étudiant lors d’une manifestation à l’université de Dakar en août dernier. La manifestation avait été fortement réprimée par la police et un jeune étudiant, Bassirou Faye, avait trouvé la mort.

Publicité

Tout est parti d’une énième manifestation dans le campus de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Le 14 août dernier, les étudiants protestent contre le retard du versement de leurs bourses. Mais la manifestation tourne à la confrontation avec les forces de l’ordre. Une centaine de personnes sont blessées et l’on compte un mort, Bassirou Faye. L’autopsie révèle que l’étudiant est mort « suite à un traumatisme crânien avec hémorragie interne et externe occasionnée par une arme à feu ».

Une enquête est ouverte. Elle permet d’entendre les témoins et de confronter leurs récits. Les 25 armes des policiers en faction ce jour-là sont analysées par des experts.

Le policier n'était pas en service

D’après le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, le suspect est un policier, mais ce dernier n’était pas en service le jour de la manifestation : « Nous avons suffisamment d’éléments pour l’interpeller, a indiqué le procureur de la République. La personne suspectée est un policier, mais qui n’était pas de faction ce jour-là, qui ne devait pas être sur les lieux, à plus forte raison avec une arme. Est-ce que la police a fait preuve de négligence ? Non, je ne crois pas. La police a mobilisé un nombre de policiers déterminé. Les armes pour chacun de ces éléments-là ont été répertoriées. La police avait mis en place une organisation parfaite, mais quand quelqu’un décide de s’infiltrer, on ne peut rien faire ».

L’enquête se poursuit et il reste encore des zones d’ombres à éclaircir. Car jusque-là, l’arme qui a tué l’étudiant n’a pas été retrouvée. L’analyse balistique s’est en effet appuyée sur une cartouche retrouvée sur les lieux du drame. Le procureur n’a pas souhaité donner plus de précisions sur les autres indices décelés par les enquêteurs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.