Accéder au contenu principal
Zimbabwe

Zimbabwe: Grace Mugabe affiche ses ambitions

La Première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, lors d'un meeting à Chinhoyi, le 2 octobre 2014.
La Première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, lors d'un meeting à Chinhoyi, le 2 octobre 2014. REUTERS/Philimon Bulawayo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Zimbabwe, la bataille politique est ouverte en vue du congrès du Zanu-PF, qui se tiendra mi-décembre et durant lequel les postes-clés du bureau politique seront remis en jeu. Ces derniers mois, Grace Mugabe – la première dame du pays - affiche de plus en plus ouvertement ses ambitions. En meeting à travers le pays, la première dame s’en est pris publiquement à plusieurs responsables du parti.

Publicité

Officiellement, Grace Mugabe est engagée dans une tournée « à la rencontre des gens ». Mais cette série de meetings - largement retransmis à la télévision - a des airs de campagne électorale avant l’heure. 

La première dame serait déjà assurée de prendre la tête de la ligue des femmes du Zanu-PF, puisque sa secrétaire générale a fait savoir qu’elle souhaitait lui passer le relais

Mais elle semble viser bien plus haut. Ainsi, lors d’un meeting, elle s’en est pris ouvertement à l’actuelle vice-présidente, Joice Mujuru, un temps pressentie pour succéder à Robert Mugabe, s'il venait à disparaître. 

Grace Mugabe a sous-entendu que celle-ci n’était pas à la hauteur du poste et l’a accusée de manœuvres politiques. « Certains pensent que parce qu’ils sont vice-présidents, ils peuvent rester là à ne rien faire, pendant que le président fait tout le travail », a-t-elle déclaré. « Ce n’est pas parce que vous occupez ce poste que vous êtes là pour toujours », a-t-elle menacé, évoquant même « une guerre » au sein du parti. 

Grace Mugabe serait d’ailleurs soutenue par le puissant ministre de la Justice, Emmerson Mnangagwa, opposé de longue date à la vice-présidente Joice Mujuru.

Jugée « agressive » par certains observateurs, l’attitude de la Première dame soulève bien des spéculations. Elle serait d’abord le signe d’une intensification de la guerre de factions qui secoue le Zanu-PF. Mais elle annonce peut-être aussi le déclin de Robert Mugabe. 

Mais selon un analyste cité par la presse, en critiquant ouvertement certains hauts-responsables du parti, Grace Mugabe pourrait également se mettre en danger. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.