Accéder au contenu principal
Soudan du Sud / ONU

Soudan du Sud: l’ONU appelle à «faire taire les armes»

Un camp de déplacés de l'ONU à Bor, à 180 km de la capitale Juba, le 25 décembrre 2013.
Un camp de déplacés de l'ONU à Bor, à 180 km de la capitale Juba, le 25 décembrre 2013. REUTERS/James Akena
Texte par : RFI Suivre
1 mn

La nouvelle représentante de l’ONU au Soudan du Sud, Ellen Loj appelle le président Salva Kiir et son rival Riek Machar à « faire taire les armes ». Elle déplore les difficultés des Nations unies à opérer sur place en raison des menaces et du harcèlement sur son personnel.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

Près de 100 000 personnes sont toujours hébergées sur des bases de l’ONU au Soudan du Sud. Et les combats sporadiques qui se poursuivent rendent leur retour très difficile.

Ellen Loj, la représentante de l’ONU dans le pays, tente de négocier un accord politique, mais elle reconnaît que cela ne sera pas suffisant : « Sur le terrain, le conflit a pris un caractère ethnique. La crise humanitaire, la malnutrition sont toujours là. Il y aura beaucoup de travail après la signature d’un accord politique, mais un accord politique est nécessaire. La priorité est de faire taire les armes. »

L’ONU doit aussi faire face à l’hostilité des combattants. Un employé de l’organisation, kidnappé à Malakal il y a 15 jours, est toujours introuvable. En poste depuis seulement six semaines, Ellen Loj a dit au Conseil de sécurité être choquée par le total mépris pour la vie humaine au Soudan du Sud.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.