Accéder au contenu principal
République démocratique du Congo

RDC: les déplacés des massacres de Béni se sentent abandonnés

plus de 1500 personnes vivent depuis un mois dans cette école d'Oicha après avoir fuit des massacres à la machette dans leur villages, dans la région de Béni en RDC.
plus de 1500 personnes vivent depuis un mois dans cette école d'Oicha après avoir fuit des massacres à la machette dans leur villages, dans la région de Béni en RDC. RFI/LL.Westerhoff
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Dix jours après une série de massacres qui ont fait plus de 80 morts, le président congolais Joseph Kabila est attendu, jeudi, à Béni dans le nord-est du pays. Une visite motivée par la situation sécuritaire qui s’est largement dégradée dans la zone. Ces massacres en série ont laissé la région de Béni exsangue. Plus de 2 500 personnes dorment toujours dans les écoles du village d’Oicha à une trentaine de kilomètres au nord de Béni. Ils sont incapables de rentrer chez eux.

Publicité

C’est une belle école, murs en chaux et toit de tôle, mais à la place des élèves, depuis des semaines, il y a des dizaines de réfugiés. Des matelas au sol, quelques casseroles, les bancs d’écolier ont été poussés dans un coin ou installés à l’extérieur. Kalumbete a fui, avec toute sa famille le 9 octobre dernier, un massacre qui avait lieu dans son village, à sept kilomètres de là : « Quand on est parti on a tout laissé derrière nous et ici on vit dans des conditions inhumaines y a pas de nourriture ni de médicaments, les conditions sont plus que précaire ».

Depuis leur arrivée, les déplacés affirment n'avoir reçu aucune visite des autorités ni d'aide. Devant l'école, les femmes cuisinent à même le sol sur des petits feux de bois. Traumatisées par ce qu’elles ont vu, il est impossible de rentrer, selon elles, faute de sécurité. « On a vraiment peur. Les gens se sont faits massacrés, certains à la machette, d’autres au marteau, d’autres se sont fait pilonner, vraiment on a assisté à des scènes horribles. On ne veut pas rentrer dans nos villages, ce n’est pas sécurisé, on a eu des nouvelles selon lesquels il y a eu encore des tueries », témoigne Jina.

Dimanche, un soldat a été tué par balle à trois kilomètres de là. Preuve selon ces déplacés que la menace est toujours tout près dans la forêt et que l’armée n’a pas encore réussi à sécuriser la zone.

Pas de nourriture, pas d’habits, les déplacés affirment n’avoir reçu aucune aide ni aucune visite des autorités depuis leur arrivée il y a un mois.

Reportage dans le camp de déplacés de Oicha

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.