Accéder au contenu principal
Ebola

Ebola: les grands patrons africains se mobilisent

Panneau d’affichage pour sensibiliser la population de Monrovia, au Liberia, sur les risques du virus Ebola.
Panneau d’affichage pour sensibiliser la population de Monrovia, au Liberia, sur les risques du virus Ebola. REUTERS/James Giahyue
Texte par : RFI Suivre
1 min

Des hommes d'affaires africains s'engagent à donner 28 millions de dollars pour lutter contre l'épidémie d'Ebola. L'engagement a été pris samedi au siège de l'Union africaine à Addis-Abeba. Ces fonds serviront à équiper le personnel médical qui lutte contre l'extension de l'épidémie. Les personnels de santé sont particulièrement touchés, avec 311 morts au Liberia, en Guinée et en Sierra Leone.

Publicité

C’est une première en Afrique. Plusieurs chefs d’entreprises du continent ont promis de créer un fonds d’intervention d’urgence pour contrer l’épidémie d’Ebola, et la somme pour le moment récoltée dépasse déjà les 28 millions de dollars, en attendant d’autres contributions.

Issus des secteurs de la banque, des télécommunications, des mines, de l’énergie ou des services, ces grands acteurs économiques se sont réunis à Addis-Abeba en présence des dirigeants de l’Union africaine, de la Communauté économique pour l’Afrique et de la Banque africaine de développement.

L’argent recueilli devrait servir aux besoins logistiques, notamment dans les centres de santé locaux au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée. Mais en donnant ainsi l’exemple, les chefs d’entreprise espèrent aussi mobiliser la population du continent.

D’ici trois semaines, un dispositif spécial devrait ainsi être mis en place par certains opérateurs téléphoniques afin d’encourager leurs abonnés à contribuer à hauteur d' un dollar pour soutenir la riposte face à l’épidémie d’Ebola. Une manière de renforcer la solidarité, et de lutter contre la stigmatisation.

Car le secrétaire exécutif de la CEA, Carlos Lopes, a souligné que la perception de la maladie pouvait être aussi dangereuse que la maladie elle-même, car elle risquait de tuer l’espoir sur le continent.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.