Kenya

Kenya: raid de la police dans des mosquées de Mombasa

Quartier de la vielle ville de Mombasa, au Kenya.
Quartier de la vielle ville de Mombasa, au Kenya. Getty Images/Luis Davilla

A Mombasa au Kenya, une opération des forces de sécurité, visant deux mosquées radicales, a fait un mort. La police a arrêté des centaines de personnes et affirme avoir récupéré un pistolet, des grenades et de la littérature de propagande pour le jihad. Un raid condamné par les organisations de défense des droits musulmans qui craignent une escalade.

Publicité

L’opération a démarré la nuit dernière. La cible : deux mosquées du quartier de Majengo considérées comme radicales, Sakina et Musa. Cette dernière, régulièrement accusée de servir de centre de recrutement pour le mouvement shebab, a été rebaptisée la « mosquée des martyrs » en début d’année peu de temps après avoir fait l’objet d’une violente opération de police qui avait provoqué des émeutes pendant plusieurs jours en février dernier.

La mosquée Sakina, renommée la « mosquée des moudjahidines » a également été le théâtre d’une guerre idéologique qui divise de plus en plus la communauté musulmane sur la côte et qui s’est conclue par la victoire des éléments extrémistes.

Les imams modérés menacés

Si l’unité antiterroriste de la police est accusée régulièrement d’exécutions extrajudiciaires de personnalités proches des shebabs (Abud Rogo en août 2012 ou Makaburi en avril dernier), les imams qui s’affichent comme modérés sont eux de plus en plus menacés par les radicaux.

Il y a deux semaines, Sheikh Mwarangi, qui s’opposait publiquement aux idées extrémistes a été tué par balle à Likoni au sud de Mombasa, moins de six mois après l’assassinat de Mohamed Idriss, qui avait appelé le gouvernement à arrêter les soutiens et les financiers des shebabs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail