Cinéma

«L'Oranais», ce film algérien «appuie là où cela fait mal»

« L’Oranais », film algérien de Lyes Salem, avec Djemel Barek, Khaled Benaissa, Lyes Salem, Najib Oudghiri.
« L’Oranais », film algérien de Lyes Salem, avec Djemel Barek, Khaled Benaissa, Lyes Salem, Najib Oudghiri. Jean-Claude Lother

Amitié, trahison, désillusion. « L'Oranais » de Lyes Salem sort ce mercredi 19 novembre sur les écrans français. Ce film sans concession s'intéresse à la période qui suit l'indépendance de l'Algérie et il fait déjà polémique, en Algérie même.

Publicité

Dans L'Oranais, Lyes Salem filme le désenchantement. Une époque, de l'après-indépendance aux années 1980, rarement explorée par le cinéma algérien. « J’ai la sensation que c’est quasiment l’une des seules périodes où, en Algérie, la vie avait un sens, affirme le réalisateur. Il y avait un avenir, un rêve, une réelle volonté de construire. »

Djaffar, « l’Oranais », entrainé un peu malgré lui dans la guerre d'indépendance, va devenir un héros. Hamid, son compagnon d'armes, sera ministre, mais leur amitié ne résistera pas aux compromissions, et à la corruption.

Lors des avant-premières en Algérie, le film de Lyes Salem a été ovationné, mais aussi critiqué par des associations dites « d'anciens combattants » et par des religieux. « Je ne suis pas certain que ce soit des anciens combattants qui se manifestent, avance Lyes Salem. Je pense que le film appuie à des endroits où cela fait mal. Et de la même manière qu’il y a des gens pour lesquels cela fait du bien, c’est une bouffée d’air frais, c’est normal aussi que, de l’autre côté, il y ait des gens qui se sentent heurtés par la vision de ces hommes. »

À la différence de beaucoup d'autres films algériens, L'Oranais a obtenu un visa d'exploitation. Il doit sortir dans les cinémas algériens début décembre.  

Ecouter l'interview avec Lyes Salam, il est ce mercredi 19 novembre l'Invité Culture

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail