Accéder au contenu principal
Tchad

Procès des complices d’Hissène Habré: les victimes de la DDS parlent

L'ancien président tchadien Hissène Habré, lors de sa visite à Paris, le 21 octobre 1989.
L'ancien président tchadien Hissène Habré, lors de sa visite à Paris, le 21 octobre 1989. AFP PHOTO / PATRICK HERTZOG
Texte par : RFI Suivre
2 min

Saleh Younous est le principal accusé des 29 complices présumés de l'ex-dictateur tchadien Hissène Habré. Mercredi, deuxième jour du procès, il comparaissait pour répondre aux accusations d'assassinats et de tortures devant le tribunal de Ndjamena. Saleh Younous était le premier directeur de la police politique du régime de Hissène Habré. Même s’il a admis avoir dirigé l’institution pendant plus de trois ans, l’accusé a nié avoir torturé ou tué. Jeudi, il était face à des anciens prisonniers de la DDS, la Direction de la documentation et de la sécurité.

Publicité

À l’ouverture de l’audience, les avocats de la partie civile interrogent l’accusé sur des faits datant des années 1983 - 1984. Il est question de disparitions et d'extorsions de fonds. Des faits qu’il ne reconnaît pas.

Ensuite, des anciens prisonniers de la DDS défilent à la barre.« J’ai été arrêté au bord du fleuve Chari. On m’a accusée d’être en contact avec les rebelles. J’étais battue, piétinée par des agents à qui Saleh Younous a demandé de faire leur travail », raconte dame Fatimé. « Parfois, on m’amenait au bord du fleuve pour me gaver d’eau, j’ai vu plusieurs dizaines de personnes mourir de faim », ajoute-t-elle.

L’ancien directeur de la DDS dit ne pas souvenir de dame Fatimé mais admet que les conditions de détention étaient mauvaises. « Hissène Habré nous a dit un moment de ne servir qu’un repas par jour », indique-t-il.

Un autre prisonnier, presque sourd et ayant perdu la vue raconte avoir été arrêté par méprise. « Ils m’ont pris pour un Libyen. Pour me faire avouer, j’ai subi différentes formes de tortures. Des baguettes qui vous bloquent le sang dans la tête, des coups sur les parties génitales ou sur les doigts. J’étais surnommé "Sabagalmot", c'est-à-dire, "celui que la mort a abandonné" »raconte Robert-Hissein, qui dit avoir été conduit un jour dans le bureau de Saleh Younous, après une séance de torture.

« Là aussi, je ne m’en souviens pas », reprend l’ancien patron de la DDS qui dit respecter la mémoire des morts et les souffrances des victimes, mais nie le fait d’y avoir été directement associé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.