Accéder au contenu principal
Togo

Réforme de la Constitution au Togo: Gnassingbé rencontre Fabre

Manifestation contre la réforme de la Constitution togolaise, à Lomé, vendredi 21 novembre 2014.
Manifestation contre la réforme de la Constitution togolaise, à Lomé, vendredi 21 novembre 2014. FP PHOTO/ EMILE KOUTON
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après les deux manifestations de vendredi dans les rues de Lomé, le président Faure Gnassingbé rencontre ce samedi le chef de file de l'opposition Jean-Pierre Fabre. Hier les partisans des deux hommes ont défilé au sujet de la présidentielle de 2015 et de l'adoption d'ici là d'une réforme constitutionnelle. Mais la question est celle de savoir si ces réformes seront ou non rétroactives. Ce qui signifie savoir si l'actuel président pourrait se présenter en mars prochain.

Publicité

Le dialogue politique togolais lancé en 2006 avait abouti à un consensus sur la nécessité de réformer la loi fondamentale et de réintroduire notamment une limitation à deux du nombre de mandats.  Mais une question divise aujourd'hui : le Togo va-t-il réformer sa Constitution à moins de cinq mois de l'élection présidentielle ?

L'enjeu du débat secoue actuellement la classe politique. Le président Faure Gnassingbé et son principal opposant Jean-Pierre Fabre en débattent ce samedi au palais présidentiel.

En résumé, l'opposition a déposé sur le bureau de l'Assemblée nationale mercredi un projet de loi limitant à deux le nombre de mandats que peut effectuer un président, et rétablissant un scrutin à deux tours. Actuellement, le nombre de mandats est illimité et le scrutin se déroule sur un tour uniquement.

Cette réforme est issue du cadre permanent de dialogue et de concertation qui réunit l'opposition et la majorité. Elle avait déjà été rejetée par l'Assemblée en juin dernier, car ce qui pose problème, c'est que la majorité redoute de voir l'opposition contester à l'actuel président le droit de briguer un troisième mandat en mars prochain.

En clair, la majorité qui défilait vendredi en criant « Touche pas à ma Constitution » voudrait que toute ambiguïté soit levée sur la possibilité offerte à Faure Gnassingbé de se représenter en 2015. C'est à cette seule condition qu'elle adoptera à l'Assemblée la réforme constitutionnelle. Reste à savoir si la rencontre entre Faure Gnassingbé et Jean-Pierre Fabre permettra de lever ces ambiguïtés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.