Accéder au contenu principal
Kenya

Kenya: polémique après un documentaire qui dénonce les dérives policières

La police kényane.
La police kényane. REUTERS/Thomas Mukoya
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Au Kenya, un documentaire sur les exécutions extrajudiciaires de la police crée la controverse. Le gouvernement réfute les allégations contenues dans le programme diffusé par al-Jazira en début de semaine qui dénonce l’existence d’escadrons de la mort au sein des forces de sécurité dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Cette polémique survient alors que le pays est en train d’adopter des lois sécuritaires beaucoup plus répressives.

Publicité

Le but affiché est de donner aux agences de sécurité une plus grande latitude dans la lutte contre le terrorisme : garde à vue de plus de 24 heures, peines de prison renforcées (20 ans pour une personne reconnue coupable de propagande terroriste, 10 ans pour un fonctionnaire ayant facilité l’entrée d’un criminel dans le pays).

Certains amendements sont vivement contestés, car ils portent un coup sévère aux droits civiques et à la liberté d’expression. Par exemple, la diffusion sans autorisation préalable par un journaliste d’une information considérée comme mettant en péril une enquête ou une opération de police pourrait lui valoir trois ans de prison ou 50 000 euros d’amende.

Si le gouvernement souhaite l’adoption de la loi avant Noël, l’opposition a affirmé que les obstacles dans la lutte contre le terrorisme étaient moins d’ordre légal qu’au niveau de la corruption endémique et réclame que le Sénat soit consulté.

Ces discussions au Parlement surgissent alors qu’un documentaire d’al-Jazira diffusé lundi dernier dévoile l’existence au sein de la police d’escadrons de la mort chargés d’éliminer les suspects de terrorisme. Le gouvernement a démenti ces allégations et ordonné au conseil de médias d’enquêter sur le reportage et sur les personnes qui y ont participé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.