Accéder au contenu principal
Côte d’Ivoire

Côte d’Ivoire: le conflit entre Affi N’Guessan et Gbagbo affole le FPI

L’actuel président du FPI Pascal Affi N’Guessan avec l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, en octobre 2009.
L’actuel président du FPI Pascal Affi N’Guessan avec l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, en octobre 2009. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Côte d’Ivoire, la bataille pour la présidence du Front populaire ivoirien (FPI) se poursuit entre partisans de Pascal Affi N’Guessan et ceux de Laurent Gbagbo. Le congrès du parti ne s’est pas tenu ce jeudi, à la demande de Pascal Affi N'Guessan. La justice ivoirienne a tranché en sa faveur et à Treichville, au stade, la réunion et le meeting des partisans de Laurent Gbagbo n’ont pas pu avoir lieu.

Publicité

Les seules forces en présence au palais des Sports de Treichville ce matin n’étaient pas politiques, mais policières. Depuis cinq heures, des CRS, des policiers, des membres des brigades anti-émeutes stationnent devant ce bâtiment où se tiennent habituellement pas mal de meetings politiques à Abidjan. Des forces de l’ordre pas si nombreuses que cela d’ailleurs, tout au plus une centaine d’hommes.

Mais apparemment, c'est un contingent suffisant pour dissuader les militants du FPI de venir au congrès. En fait, s’il n’y a personne au palais des Sports, c’est aussi et c’est sans doute parce que toute la soirée et toute la nuit, le comité d’organisation du congrès du FPI a passé des coups de téléphone auprès des différentes délégations venues des quatre coins du pays pour leur dire de repartir ou bien de faire demi-tour quand ils étaient déjà en chemin.

Face à la mise en garde du ministère de l’Intérieur mercredi soir expliquant qu’une décision de justice avait suspendu ce congrès et que les forces de l’ordre ne tolèreraient aucun débordement, les congressistes ont renoncé.

Le congrès du FPI est désormais soumis à un bras de fer judiciaire qui s’engage entre les deux tendances politiques du parti. La plainte déposée par Pascal Affi N’Guessan, le président sortant du FPI, pour invalider la candidature de Laurent Gbagbo, va être examinée vers le 18 décembre au tribunal de grande instance d’Abidjan. Les deux camps, joints ce matin, disent fourbir leurs armes et leurs arguments juridiques avec leurs avocats. Du jugement qui sera rendu dépendra la date du prochain congrès et surtout le nombre de candidats.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.