Accéder au contenu principal
Niger

Niger: l’élection d’Amadou Salifou à la tête du Parlement contestée

Kofar Shiga Majalisar dokokin Nijar
Kofar Shiga Majalisar dokokin Nijar AFP/Sia Kambou
Texte par : RFI Suivre
2 min

Au Niger, l'Assemblée nationale a confirmé, ce lundi 15 décembre, l'élection d'Amadou Salifou au poste de président avec 72 voix sur 113. Ce député, dissident de l'opposition, avait déjà été élu le 24 novembre dernier mais le scrutin avait été contesté devant la Cour constitutionnelle par plusieurs députés. L'élection avait donc été remise à l'ordre du jour ce lundi. Le nouveau vote a donc eu lieu mais il est déjà contesté par l'opposition.

Publicité

Dès l'ouverture de la session extraordinaire, ce lundi matin, le bras de fer entre l'opposition et la majorité a repris. Les députés de l’opposition se sont, certes, bien présentés à l'Assemblée mais ils ont très vite contesté l'ordre du jour. Pour eux, pas question d'élire un nouveau président sans que la Cour constitutionnelle se soit prononcée sur la légalité de la première élection du 24 novembre.

Pourtant, la Cour a rendu un arrêt, cette semaine, affirmant qu'elle ne pouvait ni valider ni invalider ce premier scrutin car il lui manquait un document pour se prononcer.

« Il fallait donc attendre qu'elle puisse statuer », insiste Seydou Bacari, président du groupe parlementaire Lumana avant d’ajouter qu’en organisant, ce lundi, un vote, « l’Assemblée court-circuite la Cour constitutionnelle » assurant même que « ce vote viole la constitution  », a-t-il estimé. « Aujourd’hui nous sommes invités ici en violation des dispositions de l’article 89 de notre Loi fondamentale, assénait un autre député. Nous sommes aussi rassemblés ici en violation des dispositions de l’article 6 de notre règlement intérieur ».

Un vote numériquement sans appel

Ne pouvant pas numériquement s’opposer à la majorité, les députés de l’opposition ont boycotté le vote en se retirant. Ils ont d'ailleurs décidé de dénoncer cette session parlementaire extraordinaire en saisissant ce lundi matin, à nouveau, la Cour constitutionnelle.

L'opposition montre qu'elle n'est pas à cours d'arguments juridiques mais pour la majorité parlementaire le dossier est clos d'autant que les résultats du vote étaient sans appel. « Nombre de voix pour : 72, nombre de voix contre : 15. Monsieur Amadou Salifou, ayant obtenu 72 pour sur 113, soit la majorité absolue des élus, est élu président de l’Assemblée nationale » a annoncé solennellement Daouda Mamadou Marthé, vice-président de l’Assemblée nationale.

Si cette nouvelle élection est jugée conforme Amadou Salifou prêtera serment devant la Cour constitutionnelle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.