Accéder au contenu principal
Côte d’Ivoire / Justice

Côte d’Ivoire: J-2 avant l’ouverture du procès de Simone Gbagbo

Mme Simone Gbagbo, épouse de l'ancien chef de l'Etat ivoirien.
Mme Simone Gbagbo, épouse de l'ancien chef de l'Etat ivoirien. (Photo : AFP)
Texte par : RFI Suivre
1 min

En Côte d'Ivoire, l’information est désormais confirmée : la rentrée solennelle des assises aura lieu le vendredi 26 décembre. Le procès de 83 dignitaires de l'ancien régime accusés d'atteinte à la sûreté de l'Etat, avec parmi eux l'ancienne première dame Simone Gbagbo, pourra donc commencer le même jour.

Publicité

Il aura donc fallu encore deux mois de préparation aux personnels judiciaires pour organiser ce procès. Les charges avaient pourtant été confirmées il y a un an et demi, en juillet 2013. Au palais de justice d'Abidjan, on manque de tout et rares sont ceux qui maîtrisent l'organisation d'assises. Des procès qui demandent des moyens importants, qui n'avaient d’ailleurs pas pu se tenir pendant les dix années de crise, avant une timide reprise en mai dernier.

Ces crimes d'atteinte à la sûreté de l'Etat ne sont pourtant pas les plus graves commis pendant les violences post-électorales de 2010-2011, comme le souligne la Fédération internationale des droits de l'homme dans son dernier rapport. Dans ce cas, la seule victime, c'est l'Etat. La FIDH regrette la lenteur des enquêtes concernant les crimes de sang.

Jusqu’à présent, seules deux personnes parmi les inculpés sont considérées comme favorables à Alassane Ouattara, contre environ 150 proches de Laurent Gbagbo. Des convocations ont bien été envoyées à des militaires accusés de crimes graves lorsqu'ils combattaient pour l'actuel président ivoirien, mais aucun ne s'est encore présenté devant les enquêteurs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.