Accéder au contenu principal
Burkina Faso

Burkina Faso: 1er rapport de la coalition pour le suivi de la transition

Henry Ye, le président de la commission de transition et le lieutenant Isaac Zida, à Ouagadougou le 14 novembre 2014. Peu de temps plus tard, une Coalition pour le suivi de la transition voyait le jour.
Henry Ye, le président de la commission de transition et le lieutenant Isaac Zida, à Ouagadougou le 14 novembre 2014. Peu de temps plus tard, une Coalition pour le suivi de la transition voyait le jour. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Une coalition des organisations de la société civile a été mise en place pour le suivi de la transition et pour apporter sa contribution dans le cadre du bon fonctionnement des organes. Dans son premier rapport d’activité, cette coalition dénonce certains manquements à la bonne tenue de la transition et demande au gouvernement mettre à disposition un agenda détaillé de la transition.

Publicité

Après avoir analysé les actions du gouvernement, la coalition pour la contribution et le suivi de la transition déplore le non-respect de l’éthique prévue par la charte de la transition et l’absence d’un agenda précis.

« Vous avez tout de suite la question de l’éthique de l’action publique, qui a amené déjà à changer un membre du gouvernement, et un autre encore incriminé pour des faits de droit commun, souligne Siaka Coulibaly est le porte-parole de la coalition. Donc nous pensons qu’il y a ce premier niveau d’image, qui pose problème pour le gouvernement. Le second problème, c’est celui de l’agenda de la transition. C’est une transition d’une année. L’agenda ne devrait pas être extensible, comme celui d’un gouvernement élu. Donc il n’y a pas trop de raison pour que nous n’ayons pas eu l’agenda jusqu’à présent. »

Organiser des élections crédibles

Concernant, l’organisation des élections de novembre 2015, la coalition souhaite la mise en place d’une nouvelle commission électorale. L’actuelle commission ne dispose ni la légitimité, ni la crédibilité nécessaire pour organiser des élections crédibles selon Siaka Coulibaly.

« Les partis politiques qui sont là-bas n’ont plus de base, parce que celle-ci venait de l’Assemblée nationale, poursuit Sia Coulibaly. Comme celle-ci n’existe pas et que nous avons le CNT aujourd’hui, nous n’avons plus la configuration "opposition/majorité", donc il y a un problème de légitimité. »

Cette coalition pour la contribution et le suivi de la transition propose l’organisation de la présidentielle, des législatives et des municipales le même jour, pour faciliter les opérations et les rendre moins coûteuses.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.