Accéder au contenu principal
Ebola / Guinée

Ebola: il y a un an, le 1er décès de l’épidémie en Afrique de l’Ouest

Message de prévention sur le virus Ebola à Conakry en Guinée, le 26 octobre 2014.
Message de prévention sur le virus Ebola à Conakry en Guinée, le 26 octobre 2014. REUTERS/Michelle Nichols
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Il y a un an tout juste décédait la première victime de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest. En douze mois, le virus a fait plus de 7 600 morts, selon le dernier bilan de l'OMS, principalement en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia. Tout a commencé dans un village en Guinée forestière. 

Publicité

Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), la première victime d'Ebola s'appelait Emile. C'était un petit enfant de deux ans, qui vivait à Méliandou, un village reculé en pleine forêt guinéenne. Le petit garçon a contracté de fortes fièvres le 26 décembre et il est mort deux jours plus tard. Il a probablement été infecté par les animaux sauvages que les chasseurs ramènent au village pour les repas. Quelques jours plus tard, c'est sa sœur, Philomène, d'un an son aînée, qui décédait à son tour, puis sa mère et sa grand-mère.

Méliandou est situé en pleine zone forestière dans ce qui a été désigné plus tard comme la zone rouge de l'épidémie au carrefour de la Guinée, de la Sierra Leone et du Liberia. Les frontières sont poreuses et on passe d'un pays à l'autre sans même s'en rendre compte. C'est ainsi une amie de la famille qui va emmener à son insu le virus en SIerra Leone où elle mourra. Ou des sages-femmes qui, venant travailler dans les villages alentours, transportent, elles aussi, Ebola.

Les enquêtes de l'OMS ont montré qu'il était quasiment impossible de détecter le virus à ce stade. Il manquait des indices solides, mais aussi une habitude de la maladie. Dans les hôpitaux voisins, les tests cliniques ont laissé penser au choléra, qui est beaucoup plus fréquent dans la région. Il aura fallu plus de deux mois et demi aux spécialistes pour comprendre qu'il s'agissait bien d'Ebola et pour que l'OMS déclare le 23 mars une flambée épidémique.

→ A (RE) LIRE : Ebola: plus de 7000 morts, mais combien de victimes indirectes ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.