Accéder au contenu principal
Congo Brazzaville

Congo: un message du président à la Nation autour de la Constitution

Le chef de l'Etat congolais Denis Sassou-Nguesso, à l'Assemblée générale des Nations unies à New York, le 26 septembre 2014.
Le chef de l'Etat congolais Denis Sassou-Nguesso, à l'Assemblée générale des Nations unies à New York, le 26 septembre 2014. REUTERS/Mike Segar
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Congo Brazzaville, le comité central du Parti congolais du travail (PCT) au pouvoir a rendu publique, ce mardi 31 décembre au soir, sa déclaration après deux jours d’huis-clos. Les membres du parti présidentiel, venus de l'ensemble du pays, se sont prononcés en faveur d'un changement de Constitution, avant 2016. Le comité central du Parti a appelé au changement de la Constitution de 2002 pour permettre au président Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat en 2016. L'actuelle loi fondamentale interdit de toucher aux nombres de mandats présidentiels. Dans son message à la Nation, le président congolais s’est exprimé sur ce sujet.

Publicité

Dans son message radiotélévisé de vœux à la Nation, le chef de l'Etat congolais, Denis Sassou Nguesso s’est attardé sur le débat animé dans la classe politique de son pays concernant le changement de la Constitution.

Pour lui, il s’agit d’un débat sain, d’une expression de la démocratie. Le dirigeant congolais a exclu tout recours à la violence, défendu la souveraineté du pays et insisté sur le fait que ce débat devait rester exclusivement congolais.

« Aujourd’hui, les uns et les autres parlent de l’avenir institutionnel du Congo. Que cela soit dans le droit ou non, je les entends. Je suis heureux qu’à ce sujet, un débat simple et responsable se soit instauré ; que des opinions différentes et divergentes s’expriment librement ; que les convictions les plus assurées s’opposent à de pertinentes objections ; qu’il y ait un camp qui préconise des solutions alternatives et un autre qui prône le statu quo. C’est cela la démocratie », a déclaré le président Denis Sassou Nguesso.

Du « bluff » pour l'opposition

« Personne n’a le droit d’empêcher une telle confrontation d’idées de prospérer. Personne n’a le droit de mener cet exercice démocratique à la dérive et au désordre. Nous bannissons le désordre et la violence. Notre souveraineté ne doit être tenue à la lisière par personne. Il est évident que les affaires des Congolais sont et seront réglées par les Congolais eux-mêmes », a précisé le président congolais.

Le discours du chef de l'Etat n'est pas passé inaperçu dans l'opposition. Pour le président de l’Alliance pour la République et la démocratie (ARD), Mathias Dzon, le discours à la Nation du président Sassou Nguesso est un véritable « bluff ».

« Son discours est un bluff total. Il faut que les Congolais le comprennent et nous, notre devoir c’est d’expliquer aux Congolais, de montrer la vraie voie et que le peuple se mobilise. C’est un véritable piège qu’il a tendu et le PCT ne pourra pas faire autrement. Le PCT, c’est un instrument à son service. Ce n’est pas un parti, au sens réel du terme. C’est une caisse d’enregistrement qui exprime les volontés du président Sassou. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.