Burkina Faso / France / Algérie

Crash d’Air Algérie: hommage aux victimes burkinabè à Ouagadougou

A côté de la liste des passagers du vol AH 5017 d’Air Algérie, des proches et anonymes ont déposé des fleurs, bougies et des photos de certaines victimes de la catastrophe.
A côté de la liste des passagers du vol AH 5017 d’Air Algérie, des proches et anonymes ont déposé des fleurs, bougies et des photos de certaines victimes de la catastrophe. RFI/Yaya Boudani

Au Burkina Faso, les corps des victimes du crash du vol d’Air Algérie, le 24 juillet 2014, sont arrivés à Ouagadougou. En présence des membres du gouvernement, des familles et proches des victimes, les cercueils couverts du drapeau national ont été placés sur un porte-char et transportés dans un palais de la culture pour une veillée de prière. Avant le départ du cortège, trois minutes de silence étaient observées. Un hommage sera rendu à toutes les victimes burkinabè du crash du vol AH 5017 d’Air Algérie, ce mercredi.

Publicité

C’est par un vol spécial, affrété par la compagnie Air Algérie, que les 17 cercueils ont été acheminés à Ouagadougou. Les membres du gouvernement ont assisté à la descente des cercueils de l’avion et à pied, ils ont accompagné les corps jusqu’à la sortie de l’aéroport.

Pour les parents, amis et proches des victimes, la douleur était insupportable : « C’est un sentiment que personne ne peut comprendre si ce n’est pas quelqu’un qui a perdu une autre personne et qui attend depuis des mois et des mois, avec des rumeurs, de savoir s’il retrouvera le corps de son défunt », explique un homme. A ses côtés, une femme confirme que cette attente a été insupportable : « Si on avait reçu les corps tout de suite après l’accident, cela aurait été moins cruel. C’est une profonde tristesse et je ne sais pas si cette tristesse pourra se refermer un jour ».

Dans la foule, un autre homme pleure des êtres chers : « J’aurais vraiment voulu qu’on les laisse reposer en paix là où l’avion s’est écrasé. Que ce qui est poussière retour à la poussière. Je ne sais pas, si ce sont finalement vraiment leurs corps qui sont là dans ces cercueils ».

Selon le président de l’association des parents des victimes, et le coordonnateur de la cellule de crise, une importante étape vient d’être franchie : « Nous sommes soulagés et Dieu merci, c’est un miracle de récupérer les corps des accidentés d’un avion. Nous avons pu le faire, c’est très bien ».

Après trois minutes de silence, les cercueils ont été conduits dans le Palais de la culture Jean-Pierre Guingané pour une veillée de prière. Un hommage national sera rendu aux victimes ce mercredi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail