Accéder au contenu principal
Bénin / Afrique de l’Ouest

Bénin: l’UEMOA face à des disparités malgré une forte croissance

Logo de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).
Logo de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). commission-uemoa.fr
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le 18e sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a eu lieu, lundi, à Cotonou au Bénin. Cette réunion a permis aux huit chefs d’Etat présents ou à leurs représentants de valider les propositions sur les programmes et les réformes menées dans cet espace communautaire qui compte sur un taux de croissance de plus de 7% en 2015. Mais les défis pour l’intégration communautaire sont nombreux.

Publicité

En présence du président burkinabè, Michel Kafando, qui participait pour la première fois à ce rendez-vous, les dirigeants de l’UEMOA ont salué l’amélioration du processus d’intégration dans un environnement sociopolitique plutôt apaisé.

Mais les défis sont nombreux comme l’a montré la première évaluation des programmes communautaires dans chaque pays et le président Boni Yayi l’a déploré : « Le chemin est encore long avant de parvenir dans notre espace communautaire et à une harmonisation complète. En effet, le taux d’application des tests communautaires est estimé en moyenne à 50% avec des disparités selon les domaines et selon les Etats membres ».

Les chefs d’Etats ont adopté un pacte de convergence, de stabilité de croissance et de solidarité, comme l’explique Cheikh Hadjibou Soumaré, le président de la commission de l’UEMOA : « Ce pacte définit de nouvelles conditions de convergence des économies de notre union. La conférence a adopté une déclaration intitulée 'Préserver le nouveau plafond d’endettement envers à qualité et à la soutenabilité de la dette publique au sein de l’UEMOA' ».

Car toute la difficulté est de concilier interdépendance, lutte contre la pauvreté et exigence des institutions internationales. Les pays de l’UEMOA misent sur la progression de l’activité économique. Le taux de croissance est estimé à plus de 7% pour cette année 2015.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.