Accéder au contenu principal
Côte d'Ivoire / France

Côte d'Ivoire: la force française Licorne laisse place aux «FFCI»

Les éléments de la force française Licorne, photographiés lors d'une cérémonie le 21 janvier 2015 à Port-Bouët (Abidjan).
Les éléments de la force française Licorne, photographiés lors d'une cérémonie le 21 janvier 2015 à Port-Bouët (Abidjan). AFP PHOTO / SEVI HERVE
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Cote d’Ivoire, la force française Licorne a cédé place aux Forces françaises en Côte d'Ivoire (FFCI). Mercredi 21 janvier en soirée, lors d’une cérémonie symbolique à Port-Bouët, les soldats composant cette force présente depuis 2002 dans le pays, à l’époque de la rébellion armée du nord, ont officiellement changé de mandat.

Publicité

La mission des FFCI est désormais de constituer une base avancée pour des opérations militaires ou logistiques sur le continent africain. Les explications du colonel Nicolas Chabut, commandant de la désormais ex-force Licorne :

Le colonel Nicolas Chabut, commandant de la force Licorne, le 21 janvier 2015 à Abidjan.
Le colonel Nicolas Chabut, commandant de la force Licorne, le 21 janvier 2015 à Abidjan. AFP PHOTO / SEVI HERVE

« Aujourd’hui, formellement, on termine l’opération Licorne qui a débuté en septembre 2002. Après douze années, la mission a été remplie et la France a jugé qu’il n’était pas utile de poursuivre une opération, puisque la Côte d’Ivoire est sur la voie de la normalisation de la situation. Sur le camp de Port-Bouët, on crée aujourd’hui les Forces françaises en Côte d’Ivoire, qui sont des forces prépositionnées.

Ces forces prépositionnées vont avoir pour rôle premier de servir d’unités en mesure d’intervenir principalement sur les théâtres africains, dans le cadre des différentes opérations que la France mène en Afrique ; la bande sahélo-saharienne évidemment, mais la base d’Abidjan a également servi de base logistique pour l’opération qui a été menée en Guinée dans le cadre de la protection des centres de traitement Ebola. Nous bénéficions d’une infrastructure ivoirienne de qualité : un port en eaux profondes, un aéroport international, le camp militaire de Port-Bouët qui permet de stocker du matériel et qui permet de réaliser un " hub " logistique important (une plateforme multimodale, NDLR) au profit des opérations militaires françaises. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.