Accéder au contenu principal
Afrique du Sud

Eugène de Kock, figure de l’apartheid, de retour à la case prison?

Eugène de Kock lors de sa comparution devant la commission vérité et réconciliation en 1999.
Eugène de Kock lors de sa comparution devant la commission vérité et réconciliation en 1999. REUTERS/Juda Ngwenya
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Afrique du Sud, Eugène de Kock a obtenu une libération conditionnelle la semaine dernière au nom de la réconciliation nationale. Et ce après avoir passé 20 ans en prison pour avoir été à la tête d’une unité responsable de l’élimination d’opposants sous le régime ségrégationniste. Mais de nouvelles informations sur ses activités en détention pourraient le ramener sous les verrous.

Publicité

Eugène de Kock, un chef d entreprise ? Selon la presse sud-africaine, le bourreau sous l’apartheid serait le directeur de six sociétés, dont deux qu’il aurait montées dans les années 2000 alors qu’il était en prison.

De Kock a déjà été condamné à 212 ans de prison pour meurtre, kidnapping et torture alors qu’il était à la tête d’une unité antiterroriste. Mais il a aussi été inculpé pour fraude durant l’apartheid. Des inculpations qui théoriquement lui interdisent toute activité commerciale.

Comment a-t-il, depuis sa prison, pu signer les documents lui permettant d’immatriculer ses entreprises et de s’enregistrer sur le registre du commerce ?

Le ministère de la Justice dit ne pas être au courant et va enquêter sur ces nouvelles informations. Mais si Eugène de Kock a fraudé pour pouvoir continuer ses activités commerciales, il pourrait bien voir sa liberté conditionnelle révoquée et devoir retourner en prison.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.