Accéder au contenu principal
Togo

Grève bien suivie dans la fonction publique togolaise

Lomé, capitale du Togo.
Lomé, capitale du Togo. DR
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Togo, le pays est en grève depuis ce mercredi pour 72 heures. Un mouvement apparemment suivi sur tout le territoire. Les travailleurs du secteur public sont en colère parce que, disent-ils, le gouvernement les a assez « enfarinés ».

Publicité

Des écoles perturbées, des élèves en vadrouillent dans les rues, des malades sans soin dans les hôpitaux, le quartier administratif de Lomé à peine animé contrairement aux habitudes, ce premier jour de grève a été, semble-t-il, bien suivi. Les travailleurs répondaient à l’appel de la Synergie des travailleurs du Togo (STT) pour une grève de 72 heures.

Au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sylvanus Olympio, un ingénieur en biologie a bien du mal à cacher sa colère : « Ils ont traîné toute l’année 2013. On s’est tus, on n’a rien dit. Ils ont promis que non, ils sont en train de tout faire pour avoir notre cas. A notre grand étonnement, on est en 2015. Mais notre plateforme est devenue quoi ? Le gouvernement proposait encore d’aller en commission. On va en commission, en commission on travaille. Il y a un document qui en est ressorti. On le dépose sur la table du gouvernement. Un mois, deux mois, trois mois, le gouvernement ne dit rien. Et c’est ce qui nous a conduits à la grève. »

Cette situation des travailleurs remonte à 2013. Après plusieurs discussions avec le gouvernement, le 20 janvier 2013, les parlementaires ont été convoqués un dimanche pour voter le statut de la fonction publique. Depuis, les décrets d’application tardent. Ca en est trop pour le docteur Gilbert Tsolenyanu, porte-parole de la Synergie des travailleurs du Togo : « Nous demandons qu’on respecte les écarts que la grille au niveau du Togo a consacrés elle-même. C’est en cela que la revendication porte, sur le redressement de la grille sur l’augmentation des SMIG 2008 et 2011 ».

Le ton se durcit, d’autres centrales syndicales menacent de rentrer dans la danse, si rien n’est fait d’ici là.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.