Burundi / Union africaine

Morts du lac Rweru: l’ONG ACAT interpelle l’Union africaine

Le siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie.
Le siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie. AFP / Jenny Vaughan

Qu'est-ce qui bloque dans l'enquête sur les cadavres retrouvés sur le lac Rweru ? En août dernier, des riverains de ce lac disent avoir vu passer des dizaines de corps ligotés et emballés dans des sacs provenant de la rivière Akagera, qui marque la frontière entre le nord-est du Burundi et le sud-est du Rwanda). L'association de lutte contre la torture, l'ACAT, a multiplié les courriers depuis cette découverte aux instances internationales. Désormais, elle interpelle l'Union africaine et les bailleurs de fonds afin de tout faire pour éviter que ce crime reste impuni.

Publicité

Six mois après la découverte de ces corps, il est temps d’agir.

Clément Boursin

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail