Accéder au contenu principal
Madagascar

Madagascar: vive polémique autour de la gestion des sociétés d'Etat

Palais présidentiel d'Ambosorohitra, centre-ville d'Antananarivo.
Palais présidentiel d'Ambosorohitra, centre-ville d'Antananarivo. Bilal Tarabey / RFI
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Madagascar, la fronde du Trésor public défraie la chronique. Cette direction du ministère des Finances mène un bras de fer contre le gouvernement. Elle accuse certains ministres de vouloir s'immiscer dans la gestion de plusieurs sociétés nationales, et notamment de toucher à la caisse de ces sociétés, alors qu'une loi a été votée l'an dernier pour clarifier les rôles de chacun.

Publicité

C'est un fléau qui a sévi pendant des décennies : les caisses des entreprises publiques transformées en caisses noires des gouvernements. Résultat : sur 157 sociétés d'Etat, une cinquantaine seulement a survécu et la moitié d'entre elles, dont la Jirama ou Air Madagascar, sont en grande difficulté financière aujourd'hui.

Le personnel du Trésor public s'inquiète du retour de ces pratiques. C’est le cas du directeur général, Orlando Robimanana : « Des ministères de tutelle technique s’immiscent de nouveau dans la disposition des fonds des sociétés alors que l’Etat a son propre budget. Exemple, des fonds de la société du port autonome de Toamasina, qu’on aurait voulu utiliser pour couvrir le financement de la réfection des routes et de canaux à Antananarivo. »

En première ligne dans cette affaire, le numéro deux du gouvernement, le ministre d'Etat chargé de l'Aménagement du territoire, Rivo Rakotovao : « Il y a urgence, ce sont des infrastructures donc on cherche des sources de financement interne pour pouvoir agir. Et on sait ce que c’est, la procédure. Il n’est pas question de remettre en cause la loi. »

Le ministre d'Etat a donc demandé au gouvernement une interprétation de la loi sur les prérogatives des ministères de tutelle sur les sociétés. C'est aussi ce qui inquiète le Trésor public. Ce sera au Premier ministre de trancher sur cette question.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.