Etats-Unis

Accusé de racisme, le chef de la police de Ferguson démissionne

Thomas Jackson, le désormais ex-chef de la police de Ferguson, après la mort de Michael Brown, le 15 août 2014.
Thomas Jackson, le désormais ex-chef de la police de Ferguson, après la mort de Michael Brown, le 15 août 2014. REUTERS/Lucas Jackson/Files

Après le limogeage du juge municipal, du chef des services municipaux ainsi que de deux policiers et d’un employé de la ville qui avaient envoyé des courriers électroniques racistes, le chef de la police de Ferguson a démissionné mercredi. Un rapport du ministère de la Justice diffusé la semaine dernière mettait en évidence des pratiques racistes systématiques dans cette ville qui a connu des émeutes raciales depuis la mort en août dernier du jeune Mike Brown, tué par un policier alors qu'il n'était pas armé. La violence policière contre les jeunes des quartiers noirs est devenue un débat national aux Etats-Unis.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

Le rapport sur les pratiques racistes des responsables de la ville de Ferguson était édifiant. Un comportement érigé en système à tous les niveaux de pouvoir, du chef de la police, qui vient de démissionner, au juge ou au directeur des services municipaux limogés... Des cadres qui ont couvert ou même encouragé des pratiques inacceptables, ce que les manifestants dénonçaient depuis le début de cette affaire.

Certes, le policier qui a tué Mike Brown ne sera pas jugé, mais la mort du jeune homme a finalement provoqué le séisme attendu. Ce n'est pas un officier qui porte la responsabilité, c'est encore plus grave, c'est un système qui avait été mis en place.

Vers une dissolution de toute la police de la ville ?

Dans la communauté noire, on attendait les conséquences de cette enquête. Ces limogeages sont un premier pas. Le ministre de la Justice n'exclut pas une dissolution de la police de Ferguson dans son ensemble.

La frustration à l'égard de l'administration Obama, jugée trop peu impliquée dans le dossier des violences policières, va peut-être s'estomper. Des dizaines de dossiers similaires et des enquêtes sont en cours aux quatre coins des Etats-Unis.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail