Accéder au contenu principal
Angola

Angola: procès du journaliste anti-corruption Rafael Marques

Rafael Marques est poursuivi par des généraux pour diffamation après la publication d'un livre dénonçant les tortures et violences commises dans les régions diamantifères.
Rafael Marques est poursuivi par des généraux pour diffamation après la publication d'un livre dénonçant les tortures et violences commises dans les régions diamantifères. Maka Angola.org
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A Luanda, la capitale angolaise, un procès très attendu s'ouvre ce mardi 24 mars. Celui du journaliste et activiste anti-corruption Rafael Marques. Il est poursuivi par des généraux, proches du président angolais José Eduardo dos Santos, pour diffamation après la publication d'un livre dénonçant les violences et les tortures commises dans la région diamantifère des Lundas, au nord-est du pays. Ce procès promet d'être exceptionnel et cela à bien des égards.

Publicité

Jamais un procès angolais n'aura été autant suivi. Et pour cause, c'est la première fois que des proches de la présidence se retrouvent à la barre. Il s'agit notamment de sept généraux, dont deux anciens commandants en chef de l'armée. Le général Kopelipa, actuel bras droit de José Eduardo dos Santos, figure également dans la liste. Mais il ne sera pas présent, protégé par son statut de ministre d'Etat.

Inédit, ce procès l'est aussi par sa portée politique. « Un petit Poucet » affronte des géants réputés intouchables. Un chantre de la démocratie et de la transparence expose les abus et la corruption d'un régime. Un journaliste soutenu par la communauté intenationale défie un président au pouvoir depuis plus de 35 ans.

Les deux parties jouent gros. Rafael Marques risque plusieurs années de prison et de devoir payer une indemnisation d'1,2 million de dollars. Mais le pouvoir a aussi beaucoup à perdre. Les témoignages relatifs aux 100 meurtres et 500 cas de tortures sont édifiants. La justice portugaise, qui a jugé l'affaire en 2013, l'a classée faute de preuves. Reste à savoir si la justice angolaise saura l'imiter si elle parvient aux mêmes conclusions.

→ Voir l'article du Guardian «This week I may be jailed for writing a book on human rights abuses»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.